Sign in
Download Opera News App

 

 

Bénin : Election présidentielle du 11 Avril 2021, le probable futur président

L'élection est un choix réalisé au moyen d'un suffrage (vote, approbation) auquel toutes les personnes disposant du droit de vote, le corps électoral, sont appelées à participer.

L'objectif de l'élection est la désignation d'une ou plusieurs personnes pour exercer un mandat électoral (politique, économique, associatif, syndical, social,...) durant lequel elle(s) représente(nt) leurs électeurs. Par son vote, le corps électoral leur transfère la légitimité nécessaire pour exercer le pouvoir attribué à la fonction objet de l'élection.

 Le Bénin, pays de l’Afrique de l’Ouest se soumet à la tradition.

   11 Avril 2021, une date historique pour les béninois

Les béninois sont appelés aux urnes pour élire un prochain président le 11 avril 2021. Celui-là qui décidera de l’avenir des filles et fils de ce pays pour les cinq (05) prochaines années c’est-à- dire jusqu’en 2026 d’après la constitution du 11 décembre 1990 révisée en 2019.

  Patrice Talon, le candidat favori

Patrice TALON est en course pour briguer un second mandat. Même si cela est contraire à sa parole donnée en 2016 lors de son élection, qu’il ferait un mandat unique avant de se rétracter et d'annoncer sa candidature en janvier 2021. 

Tout semble aller mieux pour ce dernier face à deux candidats inconnus des électeurs et sans poids politique, Alassane Soumanou et Corentin Kohoué.  En effet, l’opposition l’accuse d’avoir verrouillé le processus pour s’assurer sa réélection  car aucune figure majeure de l’opposition n’y participera.

Le peuple est- il d’accord pour sa réélection ?

C’est le jeu politique, la minorité qui y trouve leur intérêt ne peut que le supporter. Les autres laissés pour compte, qui se nourrissent des promesses à la veille des élections car c’est le moment de reconnaître leur existence ne peuvent que se révolter.

C’est ainsi qu’on remarque des incidents dans plusieurs villes déjà à partir de 5 avril :

-         Dans la commune de Savè, dans centre-nord du pays, fief de l'ancien président Boni Yayi, des jeunes en colère ont saccagé un poste de péage situé à l'entrée de la ville.

Des motos et plusieurs véhicules ont également été brûlés dans le domicile d'un député pro-Talon ;

-         A Tchaourou, ville natale de Boni Yayi, de jeunes manifestants ont tenté d'attaquer un véhicule militaire. Plusieurs coordinations communales de campagne ont également annulé leurs meetings politiques dans le nord du pays et ont appelé les militants à rester chez eux.

-         A Parakou, dans le nord, le siège de campagne de Patrice Talon a été entièrement vandalisé, de même que les locaux d'une radio privée proche du pouvoir, et ceux d'une télévision en ligne.

-         A Cotonou, la capitale économique, place de l'Étoile-rouge, quelques dizaines de manifestants ont incendié des pneus, dont les traces étaient encore visibles mardi matin sur le goudron calciné ;

-         Lundi 05 avril, un juge (Essowé Batamoussi) du tribunal spécial CRIET (Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme) a fui le pays et avoué avoir reçu des pressions pour faire condamner et mettre en détention une opposante politique ( Reckya Madougou) début mars, accusée d'avoir voulu faire assassiner des personnalités pour déstabiliser le scrutin. 

Du nord au sud, les populations ont manifestées leur mécontentement du processus électoral.

Somme toute « La paix ne naîtra que de la paix : non point de la paix conclue après une bataille, mais de la paix débattue sans bataille et érigée en victoire définitive de l’idée sur le sabre. » Emile de Girardin.

J. Spirit

Content created and supplied by: BusinessActuality (via Opera News )

election présidentielle

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires