Sign in
Download Opera News App

 

 

Homme politique influent aujourd'hui, voici l'événement qui a failli empêcher Gbagbo de réussir

À l'image de l'arbre dont les observateurs ne voient que les feuilles, on ne voit souvent que le succès des grands hommes. Alors que derrière chaque succès se cache une histoire, souvent émaillée d'épreuves difficiles. C'est le cas de Laurent Gbagbo, l'homme dont la renommée a dépassé même les frontières africaines.

Celui qui a gravi les échelons de la vie politique pour arriver à la magistrature suprême en l'an 2000 aurait pu ne pas atteindre ce niveau, à cause des difficultés en général, et d'un évènement, en particulier. <<Quand j'étais en terminale, j'ai quitté les classes un matin pour aller chercher du travail. Parce que ni moi, ni ma sœur, ni mes frères n’avions un rond>>, a affirmé le président Laurent Gbagbo. Cette situation faisait suite à l'emprisonnement de son géniteur en 1964. N'ayant plus de soutien, les enfants Koudou étaient livrés à eux-mêmes, et, comme tout aîné soucieux du bien-être de ses cadets, le jeune Laurent Gbagbo, alors âgé de 19 ans, s'est résolu à chercher du travail. Mais <<Heureusement que je n'ai pas trouvé du travail>>, se réjouit l'homme qui, à soixante-seize ans, trouve encore de la force pour initier la création d'un nouveau parti politique. À quelque chose malheureux est bon, pourrait-on dire.

Dans ces épreuves, Gbagbo a pu compter sur l'amitié de deux hommes : Me Kanga et Auguste Denise Georges. Ces derniers ont réussi par leurs conseils avisés à dissuader leur ami dans son projet d'abandon de l'école. «Gbagbo on va passer le bac bientôt, tu vas l'avoir et tu auras une bourse », lui ont dit ses bons compagnons, comme s'ils avaient perçu par quelque don de discernement, la destinée du "Séplou".

C'est pourquoi, en homme reconnaissant, Laurent Gbagbo continue de penser à eux, d'avoir une pensée pieuse à leur endroit, car hélas, ils ne sont plus de ce monde.

Ce pan de la vie du Woody de Mama sonne comme une invitation à la persévérance malgré la difficulté des épreuves auxquelles la vie nous soumet. Il faut toujours <<garder le cap >>.

Marius K., Le Littéraire

Content created and supplied by: Le_Littéraire (via Opera News )

laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires