Sign in
Download Opera News App

 

 

Comment des supporters attendent Gbagbo avec impatience à Abidjan, le 17 juin

(Sauf cas de force majeure, l'ancien chef de l'État, Laurent Gbagbo devrait fouler le sol ivoirien le 17 juin 2021, environ 10 ans après son départ à la Haye)

Certains ont longtemps espéré ce jour. D'autres s'y voient déjà... Le 17 juin est une date marquée d'une croix par des supporters du Woody de Mama sur leur calendrier. Puisque c'est elle qui a été choisie par le comité d'organisation du retour en Côte d'Ivoire de l'ancien chef de l'État, Laurent Gbagbo. Même si depuis quelques jours, une petite polémique a vu le jour à propos de cette fameuse date.

Mercredi 9 juin dernier, Amadou Coulibaly, le ministre de la Communication affirmait une nouvelle fois à la presse que le gouvernement n'a pas été consulté sur le 17 juin retenu par le Comité opérationnel d'accueil de l'ancien président. Qu'importe ! Les pourparlers entre les deux parties sont engagés et devraient certainement aboutir à un accord. 

En attendant, l'on piaffe d'impatience. Sous les chaumières, le retour du président Gbagbo est sur toutes les lèvres. De Yopougon (bastion historique de son parti le FPI) à Ouragahio, en passant par Mama et d'autres localités du pays, on en parle. Mais, surtout, on s'apprête à lui réserver un accueil triomphal. Ce que ne souhaitent pas certains cependant, à l'image d'Issiaka Diaby, président du collectif des victimes de guerre de Côte d'Ivoire (CVG-CI). La même trompette a été embouchée par le directeur exécutif du RHDP, Adama Bictogo en mai dernier. Il affirmait, en substance, qu'il était préférable que l'ancien président fasse un retour sobre pour le respect de la mémoire des victimes. 

Mais du côté des partisans de l'ancien président, son retour ne peut se faire en catimini. Justin Katinan Koné, porte-parole de Laurent Gbagbo et chargé de communication du Comité opérationnel, a assuré devant la presse mercredi 9 juin qu'il n'y avait aucune restriction concernant ce retour. «Aucune restriction n'a été soulevée par rapport à l'accueil de Laurent Gbagbo par l'État, notre partenaire», a-t-il dit, souhaitant que ce soit "un accueil visible".

(Taquins comme d'habitude, des Ivoiriens ont composé le kit qui sera à l'honneur le 17 juin)

En catimini ou en fanfare, à l'évidence il est quasi impossible que le retour de M. Gbagbo passe inaperçu. Un come-back dans son pays, environ dix ans après, suite à son acquittement par la CPI. Ce moment sera sans doute relayé par des chaînes d'information en continu, de même que sur les réseaux sociaux. D'ailleurs, à environ une semaine de l'événement, des internautes se passent le mot sur les plateformes sociales. Des amis ou connaissances se donnent rendez-vous dans des points de ralliement, d'où ils pourront converger vers l'aéroport international Félix Houphouët-Boigny. Par exemple, B. Tokoré, une sympathisante du FPI a déjà son équipement pour ce qui s'apparente à une fête : un pagne à l'effigie de l'ancien président, une paire de "lêkê" (pour la circonstance) et une bouteille de vin rouge. Et comme il n'y a jamais de hasard, la bouteille de vin est estampillée RLG. Comme pour dire, le "Retour de Laurent Gbagbo", s'amusent certains. 

Pour sa part, le chef du village d'Anono, Séverin Djorogo a lancé une caravane de la paix, à l'occasion de l'événement. Il invite les Ivoiriens à se rendre nombreux à l'aéroport, le 17 juin, pour accueillir l'ancien chef de l'État dans la liesse populaire.

Content created and supplied by: Fatogoma (via Opera News )

adama bictogo amadou coulibaly côte d'ivoire haye rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires