Sign in
Download Opera News App

 

 

Pulchérie Gbalet à propos des déguerpissements : « L’Etat se comporte en hors la loi »

Pulchérie Edith Gbalet, sociologue et présidente d’Alternative citoyenne ivoirienne se prononçant sur l'opération de déguerpissement accuse et dénonce.

Dans la capitale économique ivoirienne, de nombreux quartiers précaires sont rasés sans ménagement. Face cette situation Pulchérie Edith Gbalet, sociologue et présidente d’Alternative citoyenne ivoirienne dénonce la situation et les agissements de l'État qui ne garantit pas le droit ni la protection de sa population.

« Nous sommes donc dans une situation où l’État, qui devrait garantir le droit au logement, le droit à l’éducation et la protection des personnes et des biens, s’érige en hors-la-loi et précarise impunément la vie de milliers de familles. Cette situation accroît les inégalités sociales en accentuant la fracture sociale créée par les différentes crises militaro-politiques. », se prononce la sociologue en indiquant que ce sont des pratiques autoritaires marquées par une absence de relogement des populations déguerpies.

« Pratiques autoritaires et absence de relogement se mêlent à des opérations immobilières douteuses, où Abidjanais et migrants sahéliens vivent dans une grande précarité juridique. », informe la présidente d’Alternative citoyenne ivoirienne.

Et à la sociologue de révéler les dernières informations sur la situation démographique de la ville d'Abidjan concernant le recensement. « De 1998 à 2014, selon les derniers recensements de la population et de l’habitat, la population abidjanaise est passée de 2 877 948 à 4 707 404 habitants, soit quasiment le double. Le taux de croissance de la population d’Abidjan étant de 2,6% selon le recensement de 2014, la population actuelle en 2021 devrait être autour de 5 564 155 habitants. », signale-t-elle en mettant en évidence la crise de logements dû au manque de moyens des ivoiriens.

« Cette croissance importante de la population a accru la crise du logement, et de fait le développement des quartiers précaires, car les Ivoiriens n’ont plus les moyens de se loger, encore moins de se loger décemment. », fait-elle connaître.

Content created and supplied by: Ivoir'Soir.net (via Opera News )

edith gbalet pulchérie gbalet

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires