Sign in
Download Opera News App

 

 

Cette erreur de Gbagbo qui a permis à Ouattara de se faire réélire en 2015

De Décembre 1999 à 2021, Alassane Ouattara est sans doute le seul chef d’état Ivoirien, à avoir joui d'un semblant de normalité dans sa gouvernance, et ce, pendant toute une décennie. Hormis les soubresauts militaires qui ont émaillés les 3 premières années de son règne, le numéro 1 Ivoirien n'a que très peu été inquiété par une opposition timorée, tétanisée par les séquelles de la crise postélectorale de 2010-2011.

Pourtant, il s'en est fallu de peu, pour que les choses ne se passent pas comme elles l'ont été. Indéniablement que la situation aurait été différente si à l'issue du second tour de la présidentielle de 2010, le candidat de La Majorité Présidentielle (LMP) avait accepté de se retirer, et de se réorganiser en vue d'un retour aux affaires.

Il est de notoriété que Laurent Gbagbo s'illustre avec maestria dans son rôle d'opposant.

Charismatique, adepte des discours offensifs et provocateurs, Laurent Gbagbo aurait pu et certainement su, trouver les mots justes et la manière qu'il fallait pour convaincre ses partisans de son départ. En liberté, renforcé par le soutien et la verve de ses lieutenants, reconnus pour leur capacité incontestable de mobilisation, le fondateur du FPI, se serait donné toutes les chances de mettre à mal la gouvernance de son rival.

Il en a les aptitudes, et c'est assurément ce qu'il sait faire de mieux. Dans de telles conditions, il aurait été difficile d'imaginer Alassane Ouattara se maintenir au pouvoir en 2015, même pour un second mandat.

De retour au bercail après 10 ans d'exil, Laurent Gbagbo reprend les choses depuis le début, ce qu'il aurait dû, qu'il aurait pu faire déjà en Décembre 2010, et qui lui aurait évité tout au moins l'implosion de son parti.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

alassane ouattara laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires