Sign in
Download Opera News App

 

 

PDCI : «Gardons-nous de tuer tous les vieux du village, sinon…» (Roger M’Bia)

Roger M’bia, maire de la commune d’Agnibilékro, a été le parrain du séminaire dénommé «Week-end politique de la Jpdci Urbaine», les vendredi 8 et samedi 9 octobre à Bongouanou. Il s’est exprimé dans son discours face à une jeunesse qui veut prendre ses responsabilités dans l’écriture de l’histoire de la Côte d’Ivoire.



Dans ce parti, le PDCI-RDA, qui a eu 75 ans cette année, le débat générationnel a lieu depuis un certain temps. «J'ai tendance à le dire, gardons-nous de tuer tous les vieux du village, sinon, nous risquons de bâtir nos lieux de réjouissances et nos maisons sur les tombes de nos parents décédés. Personne n'est trop vieux pour contribuer à bâtir une œuvre humaine, encore moins à la bonne marche d'un parti politique, créé nécessairement pour conquérir le pouvoir d'Etat.

2020 a été pour le PDCI-RDA, toute génération confondue, très éprouvante avec désespoir et amertume», a dit le maire Roger M’bia.

Il poursuit pour dire que «la première génération, celle conduite par notre Président, le président aimé par nous tous, le président Aimé Henri Konan Bédié espérait et à juste titre au vu des alliances et des sacrifices et actions consentis, cette génération espérais dis-je conduire notre parti au pouvoir d'Etat.

La génération intermédiaire, la notre comptait jouer son rôle de cheville ouvrière dans l'exercice du pouvoir et servir de relais de la jeune génération.»

Et puis, «ne les affaiblissons pas dans des débats sans fondements et prématurés. Rendez vous fréquentables par les populations, les électeurs. Occupez-vous à expliquer la vision du PDCI- RDA et la faire épouser par la grande majorité de nos compatriotes. Le moment viendra où nous serons emmenés à choisir nos porte-étendards. Ils foisonnent au PDCI- RDA, démocratiquement avec l'onction de haute direction», a-t-il ajouté.

Roger M’bia finira son allocution par des conseils à l’endroit des jeunes. «Pour l'heure, il faut savoir que pour nous restaurer, il y a ceux des nôtres qui font le marché, ceux qui font la cuisine concoctent les mets, ceux qui font la table, ceux qui appellent à table l'ensemble des militants. Soyons patient, objectif, déterminés et solidaires dans le respect et la concorde. Rien ne s'obtient dans le désordre et la défiance. 2025 c'est dans 4 ans et ce n’est pas rien quatre ans. Ensemble nous réussirons, Dieu aidant, dans un esprit de conquête, mais de pardon et de solidarité de tous les ivoiriens. Dieu se sentira concerné et nous y arriverons», a-t-il conseillé.

 

Gilles Richard OMEL

 

Content created and supplied by: Africanewsquick.net (via Opera News )

bongouanou henri konan bédié pdci

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires