Sign in
Download Opera News App

 

 

Mali/ Abdoulaye Maïga, l'homme qui se prend pour Poutine

Du haut de la Tribune des Nations unies, à l’occasion de la 77e session de l’Assemblée générale de cette organisation internationale, le Premier ministre malien par intérim, Abdoulaye Maïga, a prononcé un discours pour le moins populiste, des diatribes aux antipodes et au péril des relations diplomatiques et de bon voisinage. 

Cette sortie imprudente qui respire l’amateurisme de son auteur, s’apparente à la mythologie de la boîte de Pandore de l’antiquité grecque. Celle-ci révèle qu’une femme du nom de Pandore fut créée par le dieu Zeus avec le funeste destin de servir d’appât afin de se venger d’un certain Prométhée qui lui avait volé le feu. Installée dans la maison du dieu du feu, Pandora ouvrit par curiosité une boîte que lui avait remise Zeus, contenant la Vieillesse, la Maladie, la Guerre, la Famine, la Misère, la Folie, le Vice, la Tromperie, la Passion, l'Orgueil …Ainsi le mal s’abattit sur le monde…

Le Premier ministre malien par intérim, Abdoulaye Maïga a marché dans les pas de Pandore à la tribune des Nations unies, à l’occasion de la 77e session de l’Assemblée générale de l’Institution, le samedi 24 septembre. Du haut de cette tribune où d’éminentes personnalités du monde sont passées pour partager leurs visions des relations diplomatiques ainsi que les enjeux du moment, le colonel Maïga, dans l’euphorie de sa nomination, a versé dans la provocation et les menaces au péril du langage diplomatique qui devrait caractériser ses propos. Arc-bouté sur un pseudo-souverainisme, le chef du gouvernement de transition a, pris le soin de bien écouter ses prédécesseurs à cette tribune avant de régler leurs comptes au grand dam des besoins vitaux de son pays, un pays au seuil de la pauvreté et en proie à la montée en puissance des mouvements terroristes. Fait aggravant, le panafricaniste des temps modernes a cru bon d’abonder dans l’irrévérence au nom du droit international, en s’attaquant ouvertement et nommément à d’illustres personnalités plébiscitées par leurs peuples, de surcroît, des aînés. Ce ton belliqueux a inéluctablement surpris et irrité nombre d’Ivoiriens, Nigériens et même de Maliens dont il était chargé de porter la voix en ce haut lieu pour demander l’aide internationale en faveur de ce peuple et du Mali. Du Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, au président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, en passant par celui du Niger, Abdoulaye Maïga n’est pas allé de main morte. En menaçant le chef de la diplomatie onusienne, traitant d’étranger le président nigérien et critiquant l’élection démocratique et constitutionnelle du Président Ouattara, l’émissaire du pouvoir de la Transition malienne était porteur d’un seul message de son mandant, à savoir prévenir les hauts dirigeants du monde sur sa fermeté à ne céder en rien à aucune demande d’où qu’elle vienne, quid à mettre en lambeaux  les relations de bon voisinage et les liens séculaires qui existent entre ces pays frères depuis des lustres. Un message que son Premier ministre Abdoulaye Maïga a délivré dans un amateurisme, populisme, excès de zèle jamais vu au sommet de l’Onu.

Désormais, la boîte de Pandore est ouverte. Ainsi, le Mali est plus qu’isolé à cause de son entêtement. Le Niger qui veut rappeler son Ambassadeur dans le pays, pourrait refuser d’accueillir sur son sol les réfugiés maliens qui fuient les attaques meurtrières des terroristes. Abidjan qui a déployé plus de 800 soldats dans le cadre de la mission onusienne de maintien de la paix, use de toutes les voies diplomatiques pour obtenir la libération de ses 46 soldats détenus injustement dans les geôles en terre malienne. A défaut, d’autres voies de recours sont sur la table du Président Ouattara pour obtenir satisfaction. Finalement, Assimi Goïta et sa soldatesque auront réussi à se mettre dos à dos la communauté internationale et la sous-région, faisant courir au peuple malien des risques économiques et sécuritaires graves. Comme dirait l’autre, le Mali n’est pas la Russie de Poutine qui a plongé le monde dans une crise économique et alimentaire. Le Mali n’est pas la Russie de Poutine, 5e grande armée du monde, et le Mali ne sera jamais la Russie de Poutine qui peut menacer les Etats Unis, la France…de s’ingérer dans le conflit qui l’oppose à l’Ukraine. Non, le Mali d’Assimi Goïta, impuissant face à l’avancée des mouvements terroristes ne peut menacer que lui-même. Caviar à Abdoulaye​​ Maïga !

Alexis Ouattara

 

Content created and supplied by: AlexisOuattara (via Opera News )

abdoulaye l'homme maïga, poutine

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires