Sign in
Download Opera News App

 

 

Procès/un pro-Soro:"C'est depuis le Golf Hôtel qu'on avait reçu les armes prises au siège de GPS"

Alain Lobognon, Soul To Soul et les autres Pro-Soro


Le procès de Guillaume Soro et 19 de ses proches a repris ce jeudi 27 mai au tribunal criminel d'Abidjan. L'audience a débuté à 13h25. Après l'appel des prévenus présents parmi lesquels Alain Lobognon, Soul To Soul, Félicien Sékongo, Simon Soro et Rigobert Soro, le président du tribunal a décidé d'un interrogatoire séparé. Et c'est avec le commandant Jean-Baptiste Kassé Kouamé,ex-chef de la garde rapprochée de l'ex-Président de l'Assemblée nationale qu'il a voulu débuter. Les autres ont été ramenés à la salle de délibération de la cour d'appel en attendant leur tour. Ils sont accusés de" complot et d'atteinte à l'intégrité du territoire national".

L'interrogatoire a porté sur des armes qui ont été transportés le 23 décembre 2019 du bureau annexe de Guillaume Soro à la Riviera Golf à Assini Mafia, dans la lagune non loin de la résidence de l'ancien président de l'Assemblée nationale dans cette localité balnéaire.

Le commandant Kassé Kouamé a révélé que les armes qui ont été trouvés au siège de GPS et dans l'eau derrière la résidence de Guillaume Soro à Assini Mafia ont été remis à la garde rapprochée de l'ex-Premier ministre depuis la crise postélectorale au Golf Hôtel. "C'est au Golf Hôtel que le général Vagondo nous avait remis ces armes. Il est là, vous pouvez lui demander", a déclaré le commandant Kassé Kouamé. 

Ces armes, c'était 50 kalachnikovs pour 50 éléments de la garde rapprochée de Guillaume Soro. Il y a eu au fure et à mesure une diminution des effectifs jusqu'à atteindre 20 éléments. Mais les armes des 30 aitres étaient toujours là. Mais le commandant Kassé a avoué avoir donné l'ordre à ces éléments de récupérer ces armes et d'aller les jeter dans la lagune à Assinie Mafia le 23 décembre 2019, jour du retour raté du président de GPS à Abidjan.

" J'étais à la résidence du président Soro quand j'ai été appelé qu'il y avait des troubles au bureau annexe du président. J'avais été aussi surpris que la résidence de M.Soro était encerclée par des policiers. On a aussi constaté que des hommes encagoulés sautaient la clôture du bureau annexe. Alors troublé j'ai eu juste le temps de dire à mes éléments d'aller jeter ces armes à la lagune pour les détruire afin qu'on ne vienne pas les utiliser contre nous", a soutenu le commandant Kassé. 

L'ex-chef de la garde rapprochée de Guillaume Soro est "criblé" de questions par le président du tribunal, le procureur de la République et les avocats de l'État. 

Les avocats de la Défense sont intervenus pour faire remarquer que ces éléments de preuve ne leur ont pas été communiqués. Le procureur dit si c'est le cas, c'est que la faute revient au greffier ou aux avocats eux-mêmes qui n'ont pas vérifié leurs casiers.

Après le commandant Kassé Kouamé, c'est le sergent-chef Traoré Lamine qui a été appelé à la barre. Les questions ont aussi porté sur les mêmes armes.

Dan Opéli

Content created and supplied by: Dan_Opeli (via Opera News )

alain lobognon guillaume soro pro-soro

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires