Sign in
Download Opera News App

 

 

Humour : Les fonctionnaires veulent "baptiser" la prime annuelle annoncée par le Président Ouattara

De

Ce n'est vraiment pas un 13è mois, mais sa "paternité" est subitement à l'ordre du jour !

L'humour est-il ivoirien? Oui, devrait-on répondre en chœur. Les Ivoiriens sont donc formidables : la prime annoncée par le Président de la République en faveur des fonctionnaires lors de son adresse à la nation le 6 août dernier, doit porter un nom, du moins, telle est la teneur du débat sur la plateforme des fonctionnaires et agents de Côte d'Ivoire.

Et ce n'est pas la première fois que les Ivoiriens donnent aux choses qui leur plaisent, des noms !

Qui ne se souvient pas du "Kouadio" des années estudiantines ? Et du "N'Daya"? Les connaissez-vous ? Non?

Eh bien, ce sont respectivement la bourse et l'allocation accordée aux étudiants dans les années 80.

Comme tout nom, ces appellations sont porteuses de signification. Le "N'Daya" par exemple, en référence à N'Daya International, une fondation créée par l'ex Première Dame, Madame Marie-Thérèse Houphouët- Boigny le 23 octobre 1987 pour «améliorer la santé, le bien-être et l’éducation des enfants en Afrique »

Les étudiants s'estimant "déshérités", (ils le chantent d'ailleurs avec les Parents du Campus, un groupe d'étudiants chanteurs de la célèbre cité universitaire de Yopougon de cette époque), la petite allocation était alors appelée par ce nom.

Aujourd'hui, un "enfant" est né. Mais aucune "prophétie" n'avait donné de nom, comme ce fut le cas du fils de Dieu : "Tu lui donneras le nom de Jésus". C'est écrit dans le Saint Livre.

Ici, rien n'a donc été prédit. Or, les fonctionnaires estiment sur leur plateforme qu'il faut un nom à la prime obtenue avec la trêve sociale.

La bataille fait donc rage, parce que l'enfant devra porter le nom du "père". La toile s'enflamme, avec les justificatifs liés à cette "paternité."

La prime devra s'appeler "Zadi", en référence à Monsieur Théodore Zadi Gnagna, Président de la Plateforme nationale des organisations professionnelles des secteurs public et privé de Côte d’Ivoire, un acteur majeur dans le mouvement syndical ivoirien. Et quand ils l'auront, chacun des fonctionnaires dira: "J'ai mon Zadi !".

Pour d'autres, c'est un "Abonga" qu'ils vont percevoir, cette fois en référence à Monsieur Jean Yves Abonga, Président de l'Intersyndicale des Fonctionnaires de Côte d'Ivoire, un autre acteur majeur de la vie syndicale..

Pour d'autres encore, c'est un "ADO"!

Ah, la victoire à effectivement plusieurs papas!

Et cette "bataille des pères" traduit une réalité : le Président de la République a créé un élan de paix, qui conforte déjà l'humour dans son pays, comme du temps où les bus articulés de la SOTRA étaient appelés des "Adigri", allusion à Kouamé Adigri, l'artiste musicien à l'accordéon.

Un nom à la prime annuelle ? Et si on l'appelait "P.A" tout simplement ? Cet acronyme a l'avantage de signifier "Prime Annuelle" et "Président Alassane": parce que le temps et cet homme sont les vrais artisans de cette joie !

Nous sommes vraiment dans un cortège triomphal. Vive la Côte d'Ivoire. La fête continue.


Constant Minangoy

Content created and supplied by: Constant_Minangoy (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires