Sign in
Download Opera News App

 

 

Affaire de pluie à la salle Anoumabo du Palais de la culture : Koné Dodo explique et accuse

Il n’est pas souhaitable de se retrouver à la salle Anoumabo du Palais de la culture en temps de pluie. L’artiste Josey et ses nombreux fans en ont fait l’amère expérience, le samedi 26 juin dernier à son concert. Ces derniers ont été littéralement mouillés par la pluie qui s’est abattue sur le district d’Abidjan. Les plaintes et les critiques ont donc fusées de partout, notamment sur les réseaux sociaux. De nombreux Ivoiriens reprochent en effet à ladite salle d’être mal construite et mal couverte.

Se sentant directement concerné et interpelé, le Directeur du Palais de la culture, Koné Dodo a tenu donc à réagir pour clarifier les choses. Selon l’ancien producteur d’Alpha Blondy qui était face à la presse culturelle, hier mercredi 30 juin 2021, la salle Anoumabo est un théâtre ouvert donc à l’origine ne devrait pas du tout être couverte.

« Initialement prévu comme un théâtre à ciel ouvert donc sans toiture, la salle Anoumabo a finalement bénéficié d’une toiture à cause du soleil. Il faut dire que cette couverture s’est faite selon des normes techniques et esthétiques avec des passages d’air entre les différents blocs de toile. Les désagréments dans la salle lors des pluies est connu des promoteurs de spectacles car mentionné dans le contrat de location de la salle ainsi que du grand public habitué à la salle », a-t-il expliqué.

A cet égard, dans les textes qui régissent la location de la salle Anoumabo, il n’est pas autorisé de faire un spectacle en saison pluvieuse dans ladite salle.

« Le locataire est averti que la toiture de la salle Anoumabo ne protège ni les spectateurs ni la scène de la pluie. En conséquence, elle ne peut être louée en saison des pluies, sauf sur demande expresse écrite du locataire et en connaissance de cause. Toute location de cette salle est faite aux risques et périls du locataire, en cas de survenance de pluie », indique l’article 10 du contrat de location.

Au regard donc des textes, la personne à incriminée, ce n’est ni le constructeur ni le Directeur, mais le promoteur. 

Content created and supplied by: Pierre_Ephèse (via Opera News )

koné dodo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires