Sign in
Download Opera News App

 

 

Combat pour la justice : Guillaume Soro a-t-il vraiment l’âme révolutionnaire du Che Guevara ?

Ernesto Rafael de la Serna Guevara, dit ‘’le Che’’ fait incontestablement partie aujourd’hui des personnages les mieux appréciées de l’histoire. Les gadgets à l’effigie du leader révolutionnaire, figure numéro 2 de la révolution Cubaine, restent parmi les plus répandus sur la planète, même 53 ans après son assassinat, le 09 Octobre 1967, dans des circonstances troublantes à la Higuera, en Bolivie.

 

Le ‘’Che’’, avait au fil des années de son engagement politique et militaire en faveur de la libération des peuples d’Amérique Latine de la domination capitaliste Occidentale, fini par réincarner cet idéal Bolivarien, auquel aspiraient les pays de la région.

 

Pour Mamadou Traoré, conseiller spécial de l’ex chef du parlement Ivoirien, Guillaume Soro, le profil idéologique du ‘’Che’’ revêt bien des similitudes avec celui de son mentor, qui de Septembre 2002 à Avril 2011, dirigea la rébellion des Forces Nouvelles dans le nord du pays.

 

Il s’en explique dans une publication qu’il postait ce Jeudi 02 Septembre sur sa page Facebook. ‘’A tous ceux qui citent Che Guevara en exemple, voici ce qu'il dit concernant le courage de se rebeller.

Pour parler simple, il dit que si tu n'as pas le COURAGE de te REBELLER,tu n'as pas le DROIT de te LAMENTER.

En d'autres termes, si tu n'as pas le courage de t'opposer à une injustice, tais-toi….

Accepte ta souffrance sans te plaindre parce que ton manque de courage de te REBELLER contre une injustice fait de toi le complice de tes propres malheurs.

Et Guillaume Soro n'est pas homme à avoir peur de se rebeller contre toute forme d'injustice.

A la FESCI, il s'est rebellé contre l'injustice faite aux étudiants.

A la tête de la rébellion, il s'est rebellé contre l'injustice faite aux populations du Nord ainsi qu'à ses cadres.

 

 

Aujourd'hui, à la tête de GPS, il se rebelle contre l'injustice faite aux ivoiriens qui ont rêvé d'un État de droit.

Guillaume Soro est le Che Guevara de Côte d'Ivoire’’, justifiait-t-il pour mettre en relief la similitude entre les deux hommes.

 

 

Ernesto de la Serna s’était révolté contre ce qu’il percevait comme la mainmise des puissances Occidentales, et notamment de l’ogre Américain sur les états d’Amérique Latine au point de renoncer à sa carrière de médecin pour s’engager dans la lutte armée au sein du mouvement du 26 Juillet, dirigé par Fidel Castro.

 

 

Guillaume Soro également, prenait les armes en 2002 pour combattre le contexte sociopolitique d’alors, qu’il dénonçait comme une exclusion pratiquée contre les populations originaires du nord. Jeune étudiant sur le campus, il prenait la tête du tout-puissant syndicat estudiantin de la FESCI en 1995, à l’âge de 23 ans pour s’opposer aux failles dans la gestion du système universitaire.

 

Opiniâtre en dépit des pressions judiciaires exercées sur lui, ‘’Bogotà’’ ou ‘’le Che’’ comme le surnommaient ses camarades à l’époque de la lutte estudiantine, s’accroche à son objectif : celui d’accéder à la magistrature suprême, pour selon ses partisans, révolutionner la vie politique Ivoirienne par un retour aux valeurs démocratiques pionnières. Le Che Guevara aussi, est un exemple en matière d’opiniâtreté.

 

C’est d’ailleurs ce qui explique son éloignement des maîtres du pouvoir à la Havane, et son assassinat prévisible ce fameux 09 Octobre 1967.

Raoul Mobio

 

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

che guevara guillaume soro

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires