Sign in
Download Opera News App

 

 

Appel à l’union Pdci-Rhdp : Ouattara tend un piège à Bédié, la cohésion au sein de son parti menacé

Le président du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) a engagé une véritable partie de poker menteur avec son ancien allié, Henri Konan Bédié du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci).

Une réunification problématique

Cette image de Bédié (à gauche) et Ouattara est si lointaine

Le Pdci et Rhdp bientôt, à nouveau en ménage? En tout cas, c’est ce coup fumant qu’envisage Alassane Ouattara. Il l’a exprimé clairement, le jeudi 29 avril 2021 à l’occasion de la réception, à son domicile de Cocody de délégations venues de 10 régions du pays. Cette idée du boss du Rhdp a surpris plus d’un observateur politique. Une idée qui en vérité ne manque pas d’interroger. Quand on sait les lourds contentieux qui s’accumulent entre la formation politique du Chef d’État et celle d’Henri Konan Bédié, depuis que celui-ci a décidé de rompre unilatéralement les amarres d’avec le parti de la majorité, dès sa création, le 10 avril 2018. Tout y est passé : condamnations de militants du Pdci à de lourdes peines de prison, chasse-à-l’homme engagée contre des militants et cadres, limogeages tous azimuts de la tête d’entreprises publiques. Plus récemment et à l’occasion de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, la chape de plomb s'est durcie : morts atroces de jeunes gens, emprisonnements de militants et assignation à résidence de fait de Bédié lui-même.

Des contradictions insurmontables ?

Les militants du Pdci courtisés avec entrain comme des vièrges nubiles

Les contentieux sont-ils trop lourds pour envisager une nouvelle alliance ? Une réponse hâtive serait hasardeuse. Il faut garder à l’esprit que nous sommes en politique et sur ce terrain, l’émotion n’a pas droit de cité ! C’est le monde de tous les possibles. Ce qui importe, ce sont les intérêts du moment. Et le Chef d’État a des arguments particulièrement convaincants pour espérer voir triompher sa cause. Il a la haute main sur l’administration publique, en particulier, sur les postes les plus attrayants, les postes à responsabilité et de grands privilèges. Il nomme qui il veut, quand il veut et où il veut ! Ensuite, militer dans son parti, c’est comme s’assurer à peu de frais, une véritable d’immunité juridictionnelle. Exit donc tout souci de procès intempestifs. Il est patent que depuis que le Pdci a décidé de faire cavalier seul, ses cadres en pâtissent. La quasi-totalité a perdu son emploi, en tout cas, les emplois-cadres ou des postes à responsabilité, dans les sociétés d’État ou dans l’administration centrale.

Quand l’appel à l’union d’Alassane Ouattara a été rendu public, cela a soulevé une vague d’indignation outrée au sein du Pdci. Mais, Bédié lui-même n’a pipé mot. C’est un signe ! Celui-ci, en homme politique madré est conscient de la délicatesse de la situation. Il y a un fait indéniable. La conviction ne suffit pas à elle seule pour maintenant ardente la foi militante. Il y a la réalité de la vie sociale. Un parti politique doit offrir des perspectives claires à ses militants. Chez nous, tout se joue autour de la conquête et de l’exercice du pouvoir. Aujourd’hui, le Pdci comme tous les autres partis politiques de l’opposition représentative, connaît une grave période de disette. Alassane Ouattara vient à peine d’entamer son troisième mandat. C’est dire que cette situation risque fort de perdurer. Et rien n’indique que les choses pourraient changer du jour au lendemain, même à l’issue de ce mandat-ci. La pression est donc sur les épaules du président du Pdci que tous les cadres et militants regardent.

L’ombre de Gbagbo plane

Gbagbo, une véritable énigme que les épreuve renforcent

Pourquoi Ouattara voudrait-t-il revenir à ses anciennes amours ? Les raisons sont toutes simples. La perspective d’une alliance renforcée Bédié-Gbagbo ne le rassure pas du tout. On a vu aux législatives du 06 mars dernier que quand le Pdci et les partisans de Gbagbo se mettent ensemble, ils peuvent être redoutables.

D’un autre côté, le Chef d’État est conscient, plus que quiconque, que le Rhdp est un colosse aux pieds d’argile. Ce parti politique autant qu'autrefois le Rassemblement des républicains (Rdr) ont été construits autour d’un homme et au service de ses ambitions : Alassane Ouattara. Il est l’Alpha et l’Oméga au Rdr-Rhdp. Tout découle de lui et plus que la pierre angulaire, c’est lui le véritable liant. Personne d’autre dans cette formation politique traversé par tant d’ambitions et intérêts contradictoires ne fait assez l’unanimité ou dispose du charisme nécessaire pour une reprise en main apaisée quand Ouattara ne sera plus aux Affaires. Ainsi, si le Pdci se rallie, l’opposition en serait d’autant affaiblie. Elle ne représenterait plus qu’une contradiction mineure pour Ouattara. Il a donc lancé ses dés dans ce jeu où toute la stratégie tient du bluff !

Théodore Sinzé

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

alassane ouattara ivoire pdci pdci et rhdp union pdci-rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires