Sign in
Download Opera News App

 

 

Daloa : Journée de promotion des Semoules à base des bananes plantains trop mûres

L’innovation technologique agricole ivoirienne est l’une des plus florissantes d’Afrique noire. Le niveau des productions vivrières a permis jusqu’à présent de freiner la famine. Le progrès réalisé dans l’agriculture semble plutôt s’expliquer par les conditions de l’environnement technologique dans lequel se déroule cette activité.

A Daloa, sous la présence effective du Préfet de région BAKO DIBE Anatole Privat, représenté par le Secrétaire Général 2  GLAO Alexandre, l’on a assisté à la journée de promotion des Semoules à base des bananes plantains trop mûres qui se fait dans le cadre du projet intitulé : diffusion d’une technologie de transformation de la banane plantain trop mûre. Pour atteindre les objectifs de ce projet, l’équipe du projet a procédé d’abord à l’installation de trois unités de transformation à travers la Côte d’ivoire notamment Abengourou, Toumodi et Daloa au profit de trois sociétés et groupements.

Il s’agit de la Coopérative Eboyekon de Daloa, les moissonneurs de Toumodi et l’association des femmes pour la redynamisation du secteur du vivrier d’Abengourou.

Après l’installation des différentes unités de formation, 75 bénéficiaires ont été formés à la technique de production de ces semoules.

Professeur GOLETY Tia Jean enseignant chercheur à l’université Nangui Abrogoua coordonnateur dudit projet se dit être fier du résultat de toute l’équipe.

Quant à Madame N’GUESSAN Amenan Adrienne PCA de la Coopérative Eboyekon bénéficiaire du projet pour l’étape de Daloa, la production des semoules se fait sur place en face du GMI Daloa et les semoules sont utilisés pour la préparation des plusieurs mets notamment la bouillie, le dêguê et même la sauce claire.

Une des personnes ressources et non des moindres de ce projet en la personne du Docteur Djinan Yves de l’université Nangui Abrogoua, la journée promotionnelle d’un met du terroir ivoirien qu’on appelle  ‘’N’bahou’’ qui est fait à base de banane plantain trop mûre qu’on transforme en couscous et une fois cuite, on peut le consommer à la sauce, du braiser et la bouillie appelée communément le  ‘’Baka’’.

Quant au Docteur Djinan, l’honneur revient surtout à toute l’équipe des chercheurs qui ont trouvé.

Cependant, les difficultés financières sont à déplorer car ils souhaitent étendre cette activité à toutes les régions de Côte d’ivoire.

Rappelons  que le staff des chercheurs de cette activité a amélioré un met existant des couscous à base de banane plantain trop mûre tout en souhaitant que les populations ivoiriennes fassent bon usage.              

 

Content created and supplied by: [email protected] (via Opera News )

daloa

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires