Sign in
Download Opera News App

 

 

Depuis Agboville, Damana lance : “ce parti n'est pas encore né et il commence à faire peur”

Après avoir représenté le président Gbagbo au congrès extraordinaire du CAP-UDD de Coulibaly Gervais, Damana Adia Pickass, vice-président de l'ex FPI GOR a mis le cap sur Agboville où il a été l'invité spécial de l'assemblée générale extraordinaire des fédérations FPI GOR de ladite localité. Au cours de son adresse, ce proche collaborateur de l'ancien Chef d'État a rappelé toutes les résistances auxquelles le parti de la Rose a fait face depuis 2002 jusqu'au renversement du Woody de Mama, le 11 avril 2011. En contre toute attente, tout calcul, fait-il remarquer l'ancien pensionnaire de la prison de Scheveningen refait surface pour continuer le combat. À en croire Damana Pickass, c'est ce parcours du combattant Laurent Gbagbo qui pousse même des hauts cadres à adhérer à ce parti en création. C'est pourquoi, pour le congrès constitutif de ce parti politique, il a annoncé une grande mobilisation. 

« Vous voyez la présence du préfet ici mais qui sont des milliers et des milliers, des hauts cadres de ce pays qui sont en train d'adhérer à ce nouveau consensus. Et comme le président Laurent Gbagbo inspire une confiance, parce que son parcours en lui-même, est une leçon de vie, toute une détermination, tout une volonté de faire quelque chose, de s'engager, de former, transformer les gens. Comme ce parcours inspire confiance, ils viennent de partout et non des moindres. Aujourd'hui, vous voyez Sam Etiassé, mais demain, les 16 et 17 octobre 2021, à l'hôtel Ivoire, les gens vont sortir de terre. Les gens vont venir de partout », a-t-il déclaré sous les ovations de l'assistance.  

Et poursuit-il : « Ce parti n'est pas encore né et il commence à faire peur. Si vous voyez toutes ces tribulations autour du nouveau parti, dans le fond, il n'y a pas trop de problèmes. Mais c'est la crainte que ce parti inspire, un parti qui arrive comme on l'a dit pour continuer un combat. Ils ont cru annuler ce combat, le stopper, le détruire en 2002, en 2011, mais cette lutte a la peau dure. À travers Laurent Gbagbo, ce combat a la peau dure. Ils nous ont porté le coup de grâce en 2011, ils ont cru que c'était fini. Ils l'ont pris devant nous, ils l'ont envoyé. Et puis, un moment, il réapparaît, il est là. Il réapparaît contre toute attente, contre leur calcul et il dit qu'il qu'on va aller jusqu'au bout ». 


Yannick_LAHOUA

Content created and supplied by: Yannick_LAHOUA (via Opera News )

agboville damana adia pickass fpi gor laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires