Sign in
Download Opera News App

 

 

Un pro-Soro regrette Gbagbo : "qu'est-ce qui nous avait pris au juste, on avait bu quoi avant 2010 ?

Son geste salutaire tourne en boucle dans l'esprit de certains proches de Soro Kigbafori Guillaume, l'ancien président de l'Assemblée nationale. Pour avoir plaidé la cause des Soroïstes, Laurent Gbagbo, l'ex chef de l'Etat de Côte d'Ivoire est vu comme un homme extraordinaire au point où certains pro-Soro regrettent tout ce qu'ils aient pu lui faire par le passé. 


C'est le cas de Cissé Ceint, l'activiste pro-Soro. Ce jeudi 05 août 2021, dans un tweet, il a exprimé ses plus profonds regrets à l'endroit de l'ancien chef de l'Etat ivoirien. "Nous sommes en 2021, et c'est maintenant Gbagbo qui supplie le président Ouattara de libérer les fils du nord de la prison et de permettre à un vaillant fils du nord de rentrer d'exil...Qu'est-ce qui nous avait pris au juste même, on avait bu quoi avant 2010 ?" S'est-il interrogé. 


Si la réaction de ce Soroïste ne vous surprend guère, nous si. En effet, elle augmente notre suspicion. Pourquoi ? Parce qu'on a beau posé de bons actes, certains trouveraient toujours des choses à dire. 


Qui l'aurait cru ? Des pro-Soro vanter le mérite et l'humanisme de Gbagbo pour s'être simplement penché sur leur cas. Cela nous emmène à nous interroger : comment vont-ils réagir si jamais le président de la République, qui est aujourd'hui traité de tous les noms, arrive à accorder une suite favorable à leur requête ? 


Peut-être vont-ils le voir comme un dieu ! Chose dont on appelle la prépondérance du dernier acte. Pour dire, seuls tes actes dans l'instant présent sont les plus significatifs. Il faut cependant noter, c'est la nature humaine. Seul Dieu est différent. 


Nous souhaitons donc, de tout notre cœur, que le garant de l'Etat ivoirien se penche sur le cas des prisonniers politiques. Il laverait ainsi son affront et toucherait le cœur de nombreux Ivoiriens.


D.Tahé

Content created and supplied by: David225 (via Opera News )

cissé ceint côte d'ivoire laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires