Sign in
Download Opera News App

 

 

Avec ces groupements, les syndicats d'enseignants parviendront-ils à remporter une lutte syndicale ?

À l'instar de tous les fonctionnaires et agents de l'État ivoirien qui entreprennent parfois des démarches syndicales pour l'amélioration de leurs conditions de travail et de vie, les agents du secteur éducation-formation mènent aussi à travers leurs organisations syndicales des luttes pour pousser les autorités à prendre en compte les leurs.

Dans le fond, c'est une bonne initiative.

Car l'État est le plus grand employeur vue le nombre trop élevé de ses fonctionnaires et agents, et donc seules des luttes menées en rang serré pourront profiter aux agents du secteur éducation-formation qui, est un secteur non négligeable en terme de ressources humaines.

Malheureusement, cet avantage (forte capacité en ressources humaines) pourrait tarder à leur profiter car nombre d'enseignants se sont affiliés à des partis politiques avec généralement une ligne maîtresse, celle de soutenir peu importe les moyens, les actions de leur mentor, voire l'aider asseoir son pouvoir sans un minimum d'embrouille.

Ainsi faut-il le rappeler, les grève étant l'un des moyens de tout groupement syndical pour se faire entendre, et eu égard à leur dynamique de répondre aux attentes de leur mentor politique, ceux-ci ne feront que casser lesdites grèves quand bien même qu'elles soient pour un objectif commun.

En tant qu'observateurs, nous ne sommes donc pas étonnés que depuis maintenant des années, les syndicats des enseignants du primaire et du secondaire n'arrivent pas à mener unanimement une lutte pour la revalorisation, de leurs indemnités de logements, de leurs indice salarial, pour la suppression des cours de mercredi et bien d'autres points de lutte.


RichardToty

Content created and supplied by: RichardToty (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires