Sign in
Download Opera News App

 

 

Mission de l'Onu auMali : la Côte d'Ivoire annonce le retrait progressif de ses soldats

La Côte d'Ivoire a décidé de retirer progressivement ses personnels militaires et de police déployés au Mali, dans le cadre de la mission de l'Onu, la Minusma. L'information a été rendue publique ce mardi 15 novembre par France24. 

La décision ivoirienne intervient alors que le Mali, qui a poussé la France vers la sortie et ardemment relancé la coopération avec Moscou, accuse les soldats ivoiriens de vouloir “briser la dynamique de refondation et de sécurisation du Mali”.

Au Mali, cela fait désormais trois mois que 46 militaires ivoiriens, au départ 49, considérés par les autorités maliennes comme des ‘'mercenaires'', sont détenus. La Côte d'Ivoire a exigé leur libération et a contesté le fait qu'il s'agisse de mercenaires.

D'intenses échanges diplomatiques ont été menées jusque-là afin de trouver une issue à ce différend. Mais pour l'instant, aucun accord n'a été trouvé, le blocage portant sur des demandes jugées irrecevables par la Côte d'Ivoire, comme l'extradition de responsables politiques maliens ou encore le versement d'une somme d'argent en échange de la libération des militaires. 

Il faut aussi rappeler l'arrestation des soldats ivoiriens à Bamako est un épisode supplémentaire dans les tensions entre les deux pays. Les relations diplomatiques entre Bamako et Abidjan étaient déjà agitées. Le Mali, avant la levée des sanctions de la Cédéao en juillet dernier, avait accusé la Côte d’Ivoire d’avoir incité ses partenaires ouest-africains à durcir les sanctions contre la junte malienne après les deux coups d’Etat qui ont frappé le pays.

Engagée dans le secteur Ouest, la Compagnie de Protection ivoirienne avait pour missions d’assurer la sécurité du Super Camp de Tombouctou et d’escorter les personnalités et les convois logistiques.

Pour réaliser ces missions, les soldats ivoiriens disposent en plus de l’armement individuel, de blindés et de chars légers. 

Après la compagnie de transport de 2013 à 2015, la compagnie de protection était le deuxième engagement de troupes ivoiriennes en territoire malien dans le cadre de la MINUSMA. 

Exaspérée par les tensions diplomatiques entre les deux pays, dans une note diplomatique adressée au Bureau du Secrétaire général adjoint aux Opérations de paix des Nations Unies à New York, la mission permanente de la Côte d’Ivoire informe de sa décision de retrait progressif de ses personnels militaires et de police déployés au sein de la MINUSMA. 

Armando Le Grand

Content created and supplied by: ArmandoLeGrand (via Opera News )

bamako côte d'ivoire mali minusma moscou

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires