Sign in
Download Opera News App

 

 

Refus d’octroi de passeport : Gbagbo fait-il si peur à Ouattara ?

Face au tollé suscité par la lenteur dans la délivrance d’un passeport au président Laurent Gbagbo, le porte-parole du Gouvernement ivoirien, Sidi Touré, le mercredi 29 juillet dernier, au sortir d'un Conseil des Ministres, avait déclaré : « Notre chancellerie, l’Ambassade de Côte d’Ivoire à Bruxelles, nous a informé de la réception d’une requête de passeport de service et le dossier est en cours de traitement auprès des autorités compétentes. »

Plus de trois semaines après, à défaut d’avoir un passeport diplomatique auquel il a droit, le président Laurent Gbagbo peine à avoir un passeport ordinaire qu’il a sollicité auprès des autorités ivoiriennes. « A la suite de la demande de passeport ordinaire déposée par le Président Laurent Gbagbo, nous nous sommes rendus ce jour – mardi 25 août 2020 – à l’Ambassade de Côte d’Ivoire à Bruxelles aux fins du retrait du passeport. Cependant, il nous a été indiqué que si la demande de passeport avait bien été transmise aux autorités ivoiriennes en Côte d’Ivoire, ces dernières n’y avaient, pour l’instant, donné aucune suite. Nous avons donc le regret de constater que Monsieur Alassane Ouattara refuse de faire délivrer un passeport ordinaire au président Laurent Gbagbo dans le seul but de l’empêcher de rentrer en Côte d’Ivoire, et cela à des fins électoralistes », a déclaré l’avocat de l’ex-président ivoirien, Me Habiba Touré.

Si tel est le cas, le président Alassane Ouattara – qui proclame que la Constitution de novembre 2016 lui donne la possibilité de se présenter pour un mandat – a décidé délibérément de violer une de ses dispositions qui déclare, en son article 22, qu’« aucun Ivoirien ne peut être contraint à l’exil. » L’occasion ne se présentait-elle pas pour le régime Ouattara d’accueillir et de mettre sous les verrous celui dont la justice ivoirienne a jugé et condamné ? Quel argument justifie que l’ex-célèbre prisonnier de La Haye soit maintenu en exil par le refus de lui octroyer un passeport ?

Le 23 décembre 2019, l’avion transportant l’ex-président de l’Assemblée nationale a été empêché de se poser sur le tarmac de l’aéroport international Félix Hophouët-Boigny de Port-Bouët, suite à un déploiement d’éléments des Forces de l’ordre. Contraint de se poser à Accra, Guillaume Soro avait dû regagner la France devenu désormais sa terre d’asile.

Le candidat du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), pour des « raisons électoralistes » comme le note l’avocat du président Laurent Gbagbo – alors qu’il est convaincu de sa popularité et son élection par "un coup K.O" – a sans doute décidé de tenir à l’écart des adversaires gênants, qui l'empêcheraient de créer les conditions d'une reconduction au pouvoir d'Etat.

Content created and supplied by: Saint_Claver_Oula (via Opera News )

Ambassade de Côte d'Ivoire Bruxelles Laurent Gbagbo Ouattara

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires