Sign in
Download Opera News App

 

 

Vie chère : Pulchérie Gbalet exige de nouveaux prix "pas des promesses"

Les mesures annoncées du gouvernement ivoirien contre la vie chère ne convainquent pas Pulchérie Edith Gbalet, la présidente d’Alternative citoyenne ivoirienne (Aci). Elle les a dénoncées au cours d'une conférence de presse, ce samedi, à Cocody.

"Le Gouvernement, à travers toutes les structures qu’il a créées pour lutter contre la vie chère, devrait pouvoir nous éviter cette situation d’inflation", a déclaré l'activiste qui avait à la base du mot d'ordre de désobéissance civile contre le troisième mandat du président Alassane Ouattara et qui a été libérée en avril dernier, après huit mois passés à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (MACA).

"Nous pensons que les mesures qui ont été annoncées ne sont pas suffisantes. Nous attendons des propositions concrètes qui se ressentent sur le marché. Nous ne voulons pas de promesses", a assené Pulchérie Gbalet.

"La période de campagne, c’est fini. On dit la viande est chère, les loyers sont chers, le riz est cher, il n’y a rien qui ait été épargné par cette situation de vie chère. Nous voulons qu’on nous annonce de nouveaux prix des produits", a insisté l'activiste.

Pulchérie Gbalet a donc annoncé avoir lancé une pétition contre la vie chère qui a enregistré 1052 signatures après quelques jours. Elle annonce « un mot d’ordre, si rien n’est fait pour améliorer la situation », après le discours du 6 août du Président Alassane Ouattara.

Notons que des activistes réunis au sein de Initiative contre la vie chère (ICI) avaient menacé de marcher sur la Primature, le mercredi dernier. Leur action avait vite été étouffée par la police à Cocody. Le gouvernement a annoncé plusieurs mesures le même jour en conseil des ministres.

De son côté, la Fédération nationale des commerçants de Côte d'Ivoire (FENACCI) a appelé à d'autres mesures. A savoir, entre autres, "une grande campagne de sensibilisation des acteurs du commerce au respect des bonnes pratiques commerciales notamment le respect des prix des produits non impactés ; rencontrer les associations de consommateurs pour une synergie d’actions ; exposer devant le Parlement Ivoirien et le Conseil Économique, Social, Culturel et Environnemental la vision de la FENACCI des solutions susceptibles de résoudre définitivement cette problématique".

Enfin Soumahoro Farikou, par ailleurs maire RHDP d'Adjamé, le président de cette faitière de commerçants a suggéré "l’allègement de certaines taxes, etc".

Content created and supplied by: Ivoir'Soir.net (via Opera News )

Pulchérie Gbalet

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires