Sign in
Download Opera News App

 

 

Mali / Coup d’Etat manqué, la France sur le banc des accusés

Le président Assimi Goïta


Dans la nuit du 11 au 12 mai 2022, un groupuscule d’officiers et de sous-officiers ont tenté un coup d’Etat au Mali. L’action s’est soldée par un échec et les objectifs visés par les putschistes n’ont pas été atteints. Selon le communiqué produit par le gouvernement, « ces militaires étaient soutenus par un Etat occidental ». Il poursuit pour dire que « dans le cadre de l’enquête et de la recherche des complices impliqués dans ce projet funeste, le gouvernement de la République du Mali informe que tous les moyens nécessaires ainsi que les mesures appropriées ont été déployés, notamment le renforcement des contrôles aux sorties de la ville de Bamako et aux postes frontaliers du Mali. En outre, les personnes interpellées seront mises à a disposition de la Justice ». La chaîne de télévision panafricaine Afrique-Média a immédiatement réagi, mais dans un style beaucoup moins diplomatique. Au cours d’un panel organisé aux premières heures du mardi 17 mai 2022, les participants ont clairement cité la France. « Chaque fois que quelque chose de bon va arriver aux peuples africains, c’est comme ça que la France agit ».

La jeunesse malienne aurait difficilement accepté ce coup d'Etat


De l’avis général, si cette action avait connu le succès escompté par ses exécutants, elle aurait occasionné un véritable bain de sang. Parce que le pouvoir d’Assimi Goïta a le soutien de la quasi-totalité des Maliens. Les jeunes n’auraient pas hésité à descendre dans la rue pour défendre leur liberté et la souveraineté de leur pays, au prix de leur vie. « Et un pouvoir qui n’a pas le soutien du peuple ne que s’installer dans la dictature ».

Selon la télévision panafricaine, la France qui subit en ce moment le contrecoup des sanctions décidées contre la Russie, est aux abois. Elle regrette amèrement la perte du Mali. Pas plus qu’elle n’accepte la grande humiliation que lui fait vivre ce pays. « L’or du Mali lui manque et elle commence à sombrer dans la pauvreté », ont soutenu les panélistes. Mais, selon eux, la France n’a pas changé de méthode depuis les années 1960 où elle organisait les coups d’Etat et assassinait les chefs d’Etat africains.

C’est le 25 juin 2019 que le Mali, mécontent de l’action français dans le pays, signe avec la Russie, un accord de coopération militaire. Depuis, les déboires de la France dans le pays, n’en finissent plus. Jean Yves Le Drian, dernier ministre des Affaires étrangères du premier mandat de Macron, est convoqué par la Justice malienne. Il doit se présenter devant le juge d’instruction pour avoir fait pression, en 2015, sur les autorités maliennes pour que l’entreprise de fils puisse bénéficier du marché de la fabrication des passeports maliens. Une véritable déculottée !

Il y a quelques jours, le ministre malien de la Défense et des anciens combattants rendait visite à Igor Gromyko, l’ambassadeur de la Russie. Il a avait été largement question de la sécurité du pays. Et la Russie avait promis son soutien ferme au Mali.

Paul D. Tayoro

 

 

Content created and supplied by: Paul-D-Tayoro (via Opera News )

bamako france mali

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires