Sign in
Download Opera News App

 

 

Vincent Toh Bi fustige "la politique de salon"

L'ancien préfet d'Abidjan, Vincent Toh Bi, après avoir démissionné de son poste préfectoral en Août 2020, s'est résolument lancé dans la politique de proximité basée sur l'éducation des masses et à l'éveil des consciences pour une Côte d'Ivoire épanouie. Cependant, l'ex fonctionnaire international est pourfendeur "de la politique du salon".


En effet, Vincebt Toh Bi a quitté sa fonction de préfet il y'a bientôt un an. Il mit en place une organisation citoyenne qui a pour mission l'éducation citoyenne et la transformation des mentalités, dénommé Aube Nouvelle. L'administrateur civil a, en revanche, un oeil particulier sur l'évolution de la politique ivoirienne. Au demeurant, l'ex préfet de la capitale économique ne cautionne pas "la politique de salon". "Il y a gens qui ne sont pas FPI ; ils ne sont pas PDCI ; ils ne sont pas RHDP ; ils ne sont pas UDPCI ; ils ne sont dans aucun parti politique. Ils ne sont pour aucun de nos leaders politiques présents en Côte d’Ivoire ou à l’étranger. Ils ne sont pas derrière Soro Guillaume ; ils ne sont pas derrière Blé Goudé". A-t-il martelé.


Pour lex directeur de cabinet de feu Hamed Bakayoko, "la politique de salon, ça ne change pas un pays". Dans la même veine, il allègue que les fidèles de cette nouvelle façon de faire la politique ne prennent aucune initiative allant dans le sens de la socialisation des peuples. "Ils ne créent pas leur propre mode ou voie d’expression pour faire prévaloir leurs idées. Ils refusent d’être pour eux-mêmes leurs propres leaders, tout en contestant le leadership des autres. Ils ne participent à aucun meeting, à aucune réunion, à aucune marche, à aucune sensibilisation, à aucune cotisation pour le village", précise -t-il.


De même, Vincent Toh Bi exhorte les uns et les autres à faire preuve de réalisme, car les changements sont suscités. "Ils sont le fait d’actions concrètes dans différentes optiques, que ce soit une participation à des activités ou à des débats responsables, mais constructifs", indique l'administrateur civil.

Content created and supplied by: Temani (via Opera News )

vincent toh bi

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires