Sign in
Download Opera News App

 

 

Affaire réquisition du compte de Bohoun Bouabré par l'État voici la vraie version cachée

L'État ivoirien a décidé que tous les comptes inactifs depuis 10 ans seront réquisitionnés si les propriétaires de ces comptes ne se présentent pas à leur gestionnaire pour les réactiver. 

Dans ce contexte, la société générale des banques de Côte d'Ivoire (SGCI) a publié une liste dans laquelle on peut vérifier plusieurs noms. 

Le cyberactiviste pro Gbagbo Steve Beko a fait une publication sur sa page Facebook pour décrier cet acte, selon lui, le compte de l'ancien ministre de l'Économie et des Finances de Gbagbo Bohoun Bouabré serait dans cette liste :


"j'ai pu consulter une liste mise à disposition par la société générale Côte d'Ivoire depuis le 15 mars 2021. C'est la liste des personnes ayant des comptes dits inactifs depuis dix ans et j'ai été triste d'y retrouver le nom du ministre Bohoun Bouabré. Exilé en Israël à la suite de la crise postélectorale de 2010 et malade, il a plusieurs fois écrit au régime Ouattara pour demander le dégel de ses avoirs afin de se soigner. On lui a refusé ce droit. Et il est mort faute de pouvoir faire face à ses soins."


Cette publication a suscité un débat torride sur la toile, nous avons donc fait des recherches pour élucider cette histoire. En effet, le nom Bouabré Bohoun Antoine kevin sur cette liste n'est pas celui du ministre, mais de son fils qui porte le même nom, la seule différence se trouve sur le dernier nom Kévin. 

Le ministre n'a jamais porté le nom Kévin. 

Par ailleurs, lors des obsèques du ministre, on peut aisément retrouver le nom de ses enfants dans le journal la dépêche d'Abidjan à la suite d'un communiqué du FPI.

Ainsi, les noms sur cette liste sont les enfants du ministre Bohoun Bouabré décédé en Israël.

Son compte a été gelé, donc cette mesure de réquisition des comptes inactifs ne s'applique pas à son compte.


Gbery Aurel

Content created and supplied by: GberyAurel (via Opera News )

antoine kevin steve beko

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires