Sign in
Download Opera News App

 

 

Interview Exclusive - Fleur Aké M’Bo : "Mme Gbagbo est un modèle pour moi !"

Fleur Aké M'Bo fait partie des jeunes leaders politiques qui ont éclos à la faveur des dernières législatives. Du moins qu'on a découvert. Elle défendait les couleurs de l'Opposition EDS-PDCI-RDA contre le RHDP. Son combat épique face à Adama Bictogo, Directeur Exécutif du parti au pouvoir est resté dans les mémoires collectives des Ivoiriens. Dans cette interview qu'elle a bien voulu nous accorder, la jeune louve du nouveau parti de Laurent Gbagbo dans l'Agnéby-Tiassa dit sa part de vérité sur ses rapports avec Simone Gbagbo et le débat sur la limitation de l'âge des candidats à la présidentielle. Elle n'oublie pas son Agboville natal.

Pour Fleur Aké M'Bo, le président Laurent Gbagbo est demeure son leader incontesté


Le congrès constitutif du nouveau parti du président Laurent Gbagbo auquel vous avez activement participé s’est tenu les 16 et 17 Octobre dernier à Abidjan. La nouvelle orientation idéologique du PPA-CI répond-elle à vos attentes ?

Fleur Aké M’Bo : Tout à fait ! L’idéologie du Parti des Peuples Africains ne change pas fondamentalement de celui de l’ancien parti. Au congrès, le manifeste du PPA-CI a été présenté, à savoir un parti Socialiste, Progressiste, Souverainiste et Panafricaniste, qui proposera une nouvelle offre politique aux Ivoiriens, selon la formule du Président Gbagbo, et dans laquelle les Africains se reconnaitront.

Cela dit, pouvez-vous nous clarifier votre position sur la question de la limitation de l'âge pour les candidats à la présidentielle, telle qu'annoncée par le Député-Maire Antoine Assalé Tiémoko?

Fleur Aké M’Bo : Je suis contre la limitation d’âge.

Et Pourquoi ?

Fleur Aké M’Bo : Pour moi, il appartient au peuple de choisir qui il veut et quel que soit son âge. Et puis, les intentions de ce projet sont très mal vues parce qu’il relève du tripatouillage de la Loi fondamentale du pays. Quelle est cette manie de manipuler la Constitution quand ça nous arrange ou pas ? Ça ne fait pas sérieux ! Et puis, je crois que c’est une question assez fondamentale qui mériterait qu’on interroge le peuple directement à travers un référendum

Parlons de Mme Simone Gbagbo dont vous êtes réputée très proche. Quel commentaire faites-vous de la sortie du MGC dont elle en est la marraine?

Fleur Aké M’Bo : Le Mouvement Générations Capables est un mouvement qui prône des valeurs. Madame Simone Ehivet Gbagbo, la marraine, est une personnalité qui représente idéalement ces valeurs prônées. Elle est un modèle pour moi et pour toutes les femmes qui se doivent d’exceller dans ce qu’elles entreprennent, là où elle sont engagées : en politique, en entreprenariat, dans tous les domaines où elles œuvrent.

Comment jugez-vous tout ce qui se dit sur les ambitions qu'on prête justement à l'ex Première Dame et ex 2ème Vice-présidente du FPI ?

Fleur Aké M’Bo : Madame Ehivet Gbagbo n’a jamais fait part ouvertement, jusqu’à preuve du contraire, d’une quelconque  ambition politique. Tout ce qu’il se dit aujourd’hui fait partie des conjectures légitimes. Elle a été une figure de proue de l’ancien parti, le FPI. Elle se prononcera si elle devrait prendre une autre direction.

Venons-en à Agboville. Votre ville natale a enregistré plusieurs événements malheureux ces derniers jours : accident de la route, inondations... votre sentiment ?

Fleur Aké M’Bo : Oui tout à fait ! je suis chaque semaine à Agboville aux côtés des populations et je partage leurs douleurs et difficultés. Nous avons eu un moment de recueillement récemment en mémoire des victimes. On fait ce qu’on peut avec quelques aides apportées. Je profite de l’occasion pour présenter mes condoléances éplorées. J’appelle encore les automobilistes à la prudence et à la vigilance.

Plus concrètement, qu'avez-vous apporté à vos concitoyens dans ces récentes épreuves ?

Fleur Aké M’Bo : Nous avons, avec les amis de notre ONG, été aux côtés des parents frappés par ces désastres. Nous leur avons exprimé notre compassion et témoigné de notre soutien.

Quel est votre objectif immédiat à Agboville alors ?

Fleur Aké M’Bo : Rien ne change fondamentalement dans mes activités d’ordinaire. Je suis à Agboville pratiquement chaque week-end, pour vivre la vie socioculturelle là-bas, répondre à des invitations à des cérémonies, sensibiliser les femmes, les jeunes, être aux côtés des parents dans des moments difficiles, voilà! Pour le reste, on prend les choses comme elles viendront.

On sait que ce n'est pas le grand amour entre l'ex Directeur Exécutif du RHDP et vous. Vous continuez de revendiquer la victoire aux dernières législatives. Alors, comment vivez-vous la situation à Agboville ?

Fleur Aké M’Bo : Ça ne servira à rien de revenir dessus. Nous devons avancer et lutter pour garantir la paix, la stabilité sociale mais aussi la crédibilité des institutions en charge d’organiser les élections dans notre pays. Le droit n’a pas été dit dans la réponse de la Cour Suprême sur le recours que nous avons transmis. Mais pour préserver la cohésion sociale à Agboville, nous avons accepté la situation. Les leaders politiques doivent privilégier ce fait là dans les actes qu’ils posent. Cela dit, la justice ivoirienne gagnerait à jouer vraiment son rôle. Une justice juste participe aussi de l’équilibre social.

Vous participez régulièrement à des ateliers de renforcement des capacités des leaders politiques organisés par le NDI et autres organismes. Quels enseignements en tirez-vous ?

Fleur Aké M’Bo : Ce sont des organismes qui prônent la démocratie et la paix. Ces structures mises sur la formation des jeunes leaders politiques et jusqu’à maintenant, tout se passe bien avec eux.

"Moi candidate aux municipales à Agboville ? On avisera!"

Vous considérez-vous désormais comme une icône avec tout ce tapage médiatique autour de vous ?

Fleur Aké M’Bo : Être une icône, pour l’heure, je ne le pense pas. J’estime très humblement que j’y suis pas encore. Et puis ce ne sera pas à moi de le dire.Moi, Je suis focalisée sur mon engagement auprès des populations. Comment améliorer leur vie, comment construire des projets qui vont changer leur vie positivement...

Voilà la pensée qui doit obséder une femme ou un homme politique conséquent. C’est à ça que je suis. Transmettre des valeurs, se comporter en modèle, être une source d’inspiration pour les jeunes. Voilà ce qui me préoccupe actuellement

Fleur Aké M'Bo est constamment auprès de ses concitoyens d'Agboville.

Seriez-vous candidate aux prochaines municipales ?

Fleur Aké M’Bo : Ce sont les populations qui détiennent et qui donnent le pouvoir. Sans soutien populaire, une femme ou un homme politique n’est rien. Et si celui ou celle-ci a de la valeur , il ou elle doit être apte à servir à tous les niveaux Alors, si demain la communauté d’Agboville exprime son désir de me confier la gestion de la municipalité, on avisera. Quand on fait la politique, c’est pour se mettre au service des gens et non le contraire, leur apporter le bien-être à travers des actions, des réalisations.. Pour le moment, cette question n’est pas encore à l’ordre du jour. Je me prononcerai au moment opportun.

Interview réalisée par

Patrick Russel

Content created and supplied by: Patrick_Russel (via Opera News )

Fleur Aké Laurent Gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires