Opera News

Opera News App Download

« Enseignement supérieur : les agents de l’administration centrale réclament leurs primes »

BoussouKoffiArcel
By BoussouKoffiArcel | Opera News Côte d’Ivoire
Published 19 days ago - 526 views

C’est l’inscription qu’affiche un carton servant de pancarte que brandissait un des agents de l’administration centrale du ministère de l’enseignement supérieur et de l’enseignement supérieur, au Plateau, devant la Tour C, à la cité administrative où se trouve le cabinet du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Vous l’avez bien compris. Les agents de l’administration centrale du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique sont encore en grève pour réclamer le paiement de leurs primes trimestrielles telles qu’instituées par la décision numéro 1095 MESRS/CAB du 19 mars 2020 portant instauration d’une prime d’incitation en leur faveur. Décisions qui porte la mention « en accord avec le gouvernement ». 

On pouvait lire d’autres inscriptions sur les différents supports qu’ils avaient en mains : « Enseignement supérieur. Les agents de l’administration réclament leur prime », « Monsieur le ministre Adama Diawara l’administration est une continuité », « On est fatigués de l’injustice et de la misère au MESRS », etc. sont autant d’inscription qu’on a pu voir le vendredi 09 octobre 2020 à l’entrée de la Tour C.

Pour rappel, une décision portant prime à ces agents a été signée le 19 mars 2020 par le ministre Abdallah Albert Touakeusse Mabri qui quitte le gouvernement plus tard. Il est remplacé à ce poste par le professeur Adama Diawara le 13 mai 2020 à un moment où le processus devant conduire au paiement de ces primes à la fin du mois de juin 2020 était lancé.

Contre toute attente, le paiement n’aura pas lieu et en juillet 2020. Les agents, par le biais de leur syndicat, le SYAAC-MESRS, syndicat des agents de l’administration centrale du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, dépose un préavis de grève de trois jours pour protester contre le non-paiement de leurs primes. Ils sont reçus par le ministre qui les invite de lever la grève à cause des funérailles du premier-ministre Amadou Gon Coulibaly.

En août, après les obsèques nationales du défunt premier-ministre, un autre préavis de grève est déposé. Le ministre les reçoit à nouveau. Mais cette fois, il dit qu’il ne peut pas payer ces primes parce que les montants sont exorbitants. Il aussi remet en cause la légalité de la décision. Pour lui, on ne peut pas payer de primes sur la base d’un tel document. Selon lui, il faut plutôt un arrêté interministériel. Il va plus loin en disant que son département n’a pas les moyens pour payer de tels montants. Il dit aussi qu’il est inconvenable que les primes des agents de l’administration centrale soient plus élevées que celles des enseignants du supérieur et des chercheurs. Il propose une autre formule qu’il qualifie de prime au rendement, payable par semestre. Par ailleurs, il leur propose, en entendant des primes transitoires, choses qui existaient avant son arrivée à la tête du département, mais avec des montant réduits. Le syndicat suspend le mot d’ordre de grève pour donner une chance aux discussions.

Ne voyant pas les choses bouger depuis cette rencontre avec le ministre, une autre grève de trois jours allant du 09 octobre au 13 octobre 2020 est décidée le 30 septembre lors d’une assemblée générale. Ayant vu le préavis, le ministère procède à des virements pour la prime transitoire, « le poulet » après avoir reçu le syndicat le 05 octobre 2020, non sans réitérer ses propositions antérieures et menacer de ponctions ou suspension de salaires des agents en cas du maintien de la grève. Le syndicat décide néanmoins de maintenir sa grève pour réclamer l’application de la décision du 19 mars 2020. Pour les agents, la seule prime qui vaille la peine d’être payée, c’est celle qu’institue cette décision. Ils décident de se faire entendre et une trentaine d’agents se retrouvent devant la Tour C, siège de leur ministère, le vendredi 09 octobre, dans l’objectif de se faire voir par les Ivoiriens.

Le secrétaire général reçoit sur place l’appel du ministre et de certains de ses collaborateurs qui l’informent qu’une deuxième tranche du fameux « poulet » sera payé dans les jours qui arrivent. On les invite même à déposer leurs RIB au le lundi au plus tard à 12h.

Le syndicat n’entend pas lâcher prise. Il compte maintenir la pression pour que la décision soit appliquée entièrement en maintenant sa grève. Il croit savoir que dans d’autres ministères où des primes sont payées, c’est bien sur la base des décisions internes et pas forcément sur la base de décrets ni d’arrêtés interministériels. Pourquoi cela ne peut être le cas au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ?

BOUSSOU Koffi Arcel

Content created and supplied by: BoussouKoffiArcel (via Opera News )

Tags:      

Opera News is a free to use platform and the views and opinions expressed herein are solely those of the author and do not represent, reflect or express the views of Opera News. Any/all written content and images displayed are provided by the blogger/author, appear herein as submitted by the blogger/author and are unedited by Opera News. Opera News does not consent to nor does it condone the posting of any content that violates the rights (including the copyrights) of any third party, nor content that may malign, inter alia, any religion, ethnic group, organization, gender, company, or individual. Opera News furthermore does not condone the use of our platform for the purposes encouraging/endorsing hate speech, violation of human rights and/or utterances of a defamatory nature. If the content contained herein violates any of your rights, including those of copyright, and/or violates any the above mentioned factors, you are requested to immediately notify us using via the following email address operanews-external(at)opera.com and/or report the article using the available reporting functionality built into our Platform

COMMENTAIRES

VOUS AIMEREZ