Sign in
Download Opera News App

 

 

Depuis Daloa, les parents de Dogbo Blé plaident pour sa libération


Détenu depuis dix ans, le commandant de la garde républicaine (GR) sous Laurent Gbagbo, le général Dogbo Blé pourrait voir son dossier être remis sur la table à en croire le quotidien l'Inter dans son édition de ce mercredi 3 février 2021. La raison ? Le porte-parole des cadres de la sous-préfecture de Gboguhé (département de Daloa), Kipré Pascal a plaidé pour la libération du général de division Dogbo Blé ainsi que pour la réhabilitation du magistrat Rouba Daleba, Procureur près du tribunal de Yopougon suspendu de ses fonctions.

C'était au cours d'une action sociale tenue à Gokra, le 29 janvier dernier, menée par le Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) et qui a rassemblé trente-trois (33) chefs de village de ladite localité.



« Depuis 2010, dans la sous-préfecture de Gboguhé, nous sommes en deuil. Nos populations sont en pleurs et se sentent dans la misère, abandonnées. Notre frère et fils, le général de division Dogbo Blé, est en prison. Nous comptons sur vous, qui êtes les plus proches du président Ouattara, pour nous aider à mettre notre parent en liberté. Vous qui, à tout moment et en toute circonstance, pouvez parler à Alassane Ouattara, soyez nos interlocuteurs pour mettre Dogbo Blé en liberté. Avec lui, nous avons le procureur général, Rouba Daleba, qui est suspendu de ses fonctions. Cet éminent juriste et magistrat compétent a été démis de ses fonctions. Nous sommes privés de nos braves cadres. Aucune promotion des fils de la région », a dit le contrôleur de gestion à la Daaf du ministère de l'éducation nationale.


Rouba Daleba


La délégation houphouëtiste était conduite par Dr Lorougnon Oré Fëlix, fils de la région. Elle comprenait entre autres, Ouattara Bakary, député RHDP de Daloa commune. La délégation a rendu visite aux populations de Gbiéguhé et Binkadi. Des pagnes ont été offerts aux femmes et des tapis de prière aux communautés musulmanes.

Accusé d'avoir commandité la « séquestration et l'assassinat » de quatre personnes dont deux Français en avril 2011, en pleine crise post électorale dans l'affaire des "disparus de l'hôtel Novotel", Dogbo Blé avait été condamné à 18 ans de prison par la Cour d'assises de Yopougon le 13 avril 2017.


Yannick_LAHOUA

Content created and supplied by: Yannick_LAHOUA (via Opera News )

alassane ouattara daloa dogbo blé

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires