Sign in
Download Opera News App

 

 

Pour Silver Konan, Gbagbo ne donne pas l'exemple du respect des textes à travers ces deux actes

Annoncée en grandes pompes depuis des mois, la rencontre entre le Président du Front Populaire Ivoirien (FPI), Laurent Gbagbo et son aîné, le Président du Parti Démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), Aimé Henri Konan Bédié a finalement eu lieu ce samedi 10 juillet 2021. Au cours de son adresse aux cadres du FPI et du PDCI, Laurent Gbagbo, fustigeant le troisième mandat du Chef de l'État Ivoirien, Alassane Ouattara, a déploré un problème dans la politique africaine : le respect des textes. Mais faut-il aussi le rappeler, l'ancien pensionnaire de la prison de Scheveningen n'est pas allé seul à ce rendez-vous fraternel et politique. Il était, pour la circonstance, accompagné de « sa petite femme », Nady Bamba.

Pour le journaliste André Silver Konan (ASK), l'un des participants de l'émission débat NCI 360, diffusée ce dimanche 11 juillet 2021, à qui la présence de Nady Bamba auprès de Laurent Gbagbo semble passer difficilement, l'ancien président ivoirien serait en contradiction avec ce qu'il pense, dit et fait. Ce qui le conforte dans sa position selon laquelle le Woody de Mama ne donne pas l'exemple du respect des textes qu'il prône depuis toujours.

« Dans le fond, j'ai relevé deux petites contradictions dans ce que le Président Laurent Gbagbo a dit et je pense que cela ne va pas plaire à mes amis GOR (Gbagbo ou Rien, Ndlr). La première contradiction, c'est concernant le respect des textes. Mais voyez-vous, on a un texte en Côte d'Ivoire sur le mariage, l'article 39 de la loi sur le mariage stipule que : “Nul ne peut réclamer le titre d'époux et les effets civils du mariage s'il ne présente pas un acte de célébration”. Quand le Président Laurent Gbagbo dit de Nady Bamba, “ma petite femme”, c'est un effet du mariage. Officiellement, ça pose un petit problème. Dans l'engagement publique d'un homme politique, il doit avoir une ossature incompressible à savoir que la pensée, la parole et l'acte doivent coïncider. Mais quand vous prenez une position qui n'est pas en conformité avec l'acte que vous posez, ça me pose problème » a-t-il estimé.

La deuxième contradiction relevée par le confrère ASK est en rapport avec la question du troisième mandat. Selon le patron de Ivoir'hebdo, Laurent Gbagbo n'a pas montré clairement son opposition au troisième mandat depuis Bruxelles. De plus, il dénonce l'intervention sur les ondes de TV5 MONDE de Laurent Gbagbo comme inopportune car indique-t-il, le Conseil Constitutionnel avait déjà validé la candidature du Président Ouattara. Ce qui pose également selon ASK un problème de respect de textes.

« La deuxième contradiction que j'ai relevée, c'est concernant le troisième mandat. Le Président Gbagbo a dit qu'il s'était opposé au troisième mandat, je n'ai pas vu cela. Il a lui-même parlé de l'interview à TV5, mais dans cette interview, il a dit qu'il comprenait et partageait ceux qui manifestaient contre le troisième mandat. Mais il ne s'était pas prononcé contre le troisième mandat. Et il l'a fait deux jours avant la présidentielle et cela pose un problème de texte parce que le Conseil Constitutionnel avait validé le candidature du Président Alassane Ouattara » a-t-il expliqué.


Yannick_LAHOUA

Content created and supplied by: Yannick_LAHOUA (via Opera News )

alassane ouattara henri konan bédié laurent gbagbo nady bamba auprès silver konan

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires