Sign in
Download Opera News App

 

 

Conseil national des jeunes: les élections s’annoncent sur fond de tensions

Le renouvellement des instances du Conseil national des jeunes de Côte d’Ivoire (CNJCI) débute le samedi 3 juillet dans les différents départements. La convention se tiendra le 29 juillet 2021. Malheureusement, l’environnement actuel qui présage à l’approche des élections laisse penser à une crise qui se profile à l’horizon.

Le processus conduit jusqu’ à ce jour par la direction de la vie associative et du renforcement des capacités des jeunes de Côte d’Ivoire (Dvarjci) fait l’objet de violentes contestations par des candidats, tout comme des membres du bureau sortant.

 au nom des leaders du bureau, Dogo Guy Joris a animé, à cet effet, mardi une conférence de presse, pour dénoncer le fait que le processus a été conduit unilatéralement par la Dvarjci sans l’implication du bureau national, ni des délégués. Toujours aux dires de Dogo Guy Joris, « dans plusieurs départements, des milliers d’associations qui n’ont jamais existé se retrouvent sur le listing et des individus connus pour n’être à la tête d’aucune organisation de jeunesse se retrouvent président de certaines associations fictives », ce qui le laisse croire à la mise en place “d’un fan club qu’à celui du renouvellement des instances du Cnjci.

Autre fait, il dénonce la candidature dans la commune de Cocody de Diabaté Ibrahim, sous directeur de la Dvarjci, qui serait juge et partie.

Après cette sortie de Joris et ses camarades, la position du ministère de la jeunesse ne s'est pas faite attendre.

Le directeur de la vie associative et du renforcement des capacités des jeunes a donné lui aussi une conférence de presse. Constant Koffi rejette en bloc les faits relevés par Joris Doho. Il rétorque que ce n’est pas parce qu’il ne connaît pas personnellement certaines associations qu’il se donne le droit de leur dénier toute existence légale.

Selon le directeur, le processus a été bien mené jusque-là, conformément à l’arrêté qui donne des prérogatives au ministre d’organiser cette élection..

Constant Koffi s’est réjouit de voir que les choses se soient passées et que seulement 20% sur 125 départements ont enregistré des contentieux.

Pour l’essentiel du contentieux, précise-t-il, les requêtes ont porté sur les erreurs sur les noms et la présupposée présence des représentants de mouvements de jeunesse.



Content created and supplied by: herl-l'intrépide (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires