Sign in
Download Opera News App

 

 

Affaire Serge Koffi le Drone : Amnesty International donne de la voix

     Si l’ONG Amnesty International ne peut se substituer à la justice, sa prise de parole dans tout débat de violation des droits de l’homme met toujours du baume au cœur des victimes. Et ce n’est pas Serge Koffi qui boudera son plaisir, lui dont l’avocat, maitre Toussaint Dako Zahui a révélé à la presse le 14 mai 2020 que son client aurait subi de graves violations à sa personne. ‘’…durant la première nuit de son interpellation, du jeudi 07 mai 2020, il a vu son bras menotté avec une MOBYLETTE ‘’KTM’’, toute la nuit. Son bras relié à l’engin devant rester en hauteur. Cette nuit-là, l’interdiction lui a été faite de s’étendre ou de se coucher »,  avait relaté Maître Dako Zahui ce jour-là. Cette révélation n’était qu’une partie de l’iceberg dont les détails ont été fournis dans une déclaration intitulée ‘’ Les violations des droits fondamentaux de YAPO Ebiba François Fiacre, dit Serge Koffi le drone’’.

       Sur la base de la convention signée par la Côte d’ivoire contre la torture et autres peines et traitements cruels, inhumains et dégradants et son code pénal de 2019 criminalisant la torture, Amnesty international ne pouvait donc monter qu’au créneau. Les informations ainsi communiquées ne peuvent servir de preuves certes mais il appartient à l’Etat d’ouvrir une enquête afin d’établir la vérité sur l’affaire Serge Koffi le drone. Pour mémoire, c’est le 07 mai 2020 que le cyberactiviste a été arrêté à Yopougon par des agents de la Direction de l’informatique et des traces technologiques (DITT). Il lui avait été reproché une ‘’ atteinte à la défense nationale, troubles à l’ordre public, diffamation et outrage sur les réseaux sociaux, diffusion de données informatiques frauduleusement obtenues, publication de fausses informations tendant à faire croire qu’une atteinte aux personnes va être commise’’. Les investigations menées dans l’affaire le concernant avaient conduit à l’interpellation le 14 mai 2020 de N’Ponon Daïpo Etienne, Secrétaire général de la plate-forme politique (EDS). Ce dernier fut inculpé lui aussi des mêmes charges par le juge d’instruction et placé sous mandat de dépôt. On espère que les autorités judiciaires faciliteront l'ouverture d cette enquête afin de favoriser le triomphe de la vérité.

                 Frederic Gneze

Content created and supplied by: FredericGneze (via Opera News )

Serge Koffi

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires