Sign in
Download Opera News App

 

 

Rentrée du 13 septembre : stressé comme un parent, surtout un planteur qui doit inscrire ses enfants

Dans deux semaines, exactement, ce sera l’ouverture officielle des classes en Côte d’Ivoire. Si les périodes de rentrée sont généralement des moments de pression pour les parents, elles constituent pour les paysans – parents d’élèves des moments de casse-tête et de stress énorme.

L'une des premières ressources pédagogiques importantes est le respect de ce qu’il convient d’appeler le quantum horaire. Or voilà que dans la plupart des établissements de notre pays, les cours ne commencent jamais au premier jour de rentrée.

Dans le monde rural par exemple, de nombreux agriculteurs considèrent qu’il ne peut avoir de rentrée pour leurs enfants sans fixation des prix de leurs cultures de rente. Dans le domaine du cacao, par exemple, ce sont environ six (06) millions de personnes qui vivent de la culture du cacao en Côte d'Ivoire. C’est l’actuel Premier Ministre Patrick Achi qui avançait ces chiffres en janvier 2021, alors qu’il était encore Secrétaire Général de la Présidence. C’était lors du lancement du cadre de dialogue dénommé « Cacao durable » avec l’ambassadeur de l’Union européenne en Côte d’Ivoire, Jobst von Kirchmann.

Au nombre de ces six millions de personnes dépendant du cacao figurent aussi des élèves. Nombre d'entre eux ne retrouvent les salles de classe qu’après la fixation du prix de l'or brun. Un prix qui est généralement connu entre septembre et octobre pour la campagne principale. Malgré tout cela encore, les producteurs rencontrent toujours du mal à scolariser leurs enfants en raison de la pauvreté qui frappe le monde rural.

Toujours dans l’exemple du cacao, on estime à plus de 50 % les producteurs de cacao qui vivent en deçà du seuil de pauvreté et qui vivraient avec moins de 757Fcfa / jour. (selon la web consultante Alice Villers). Malgré le fait que la Côte d’Ivoire assure 40 % du cacao mondial et la contribution à hauteur de 14 % au PIB que fournit le cacao, les producteurs restent les plus pauvres. C’est tout naturellement que les périodes de rentrée apparaissent pour eux comme des moments de tourments profonds.


Dégnimani Yéo

Content created and supplied by: Dégnimani_Yéo (via Opera News )

Côte d'Ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires