Sign in
Download Opera News App

 

 

Génocide rwandais : une grande responsabilité de la France, selon un rapport commandé par Kigali

La France a rendu possible le génocide contre les Tutsis, un génocide qui était malgré tout prévisible.

Selon la principale conclusion du rapport sur le rôle de la France commandé en 2017 par le gouvernement rwandais via un cabinet d’avocats américain et ensuite rendu public le lundi 19 avril à Kigali.

C'est un rapport, qui comme celui de la commission de Duclert, conclut avec de lourdes responsabilités de l’État français, mais il ne s'agit pas d'une complicité de génocide.

Certains responsables français ont armé, conseillé, formé, équipé et ensuite protégé le régime rwandais de l’époque.

C'est ce qu’indiquent les avocats du cabinet Levy Firestone Muse dans le rapport présenté au gouvernement rwandais ce lundi.

Pour eux, la France n’a pas tenu compte de la volonté du gouvernement de Juvénal Habyarimana de vouloir éliminer les Tutsis du Rwanda, et a ainsi agi pour renforcer et étendre son pouvoir et son influence en Afrique.

Mais contrairement au rapport Duclert, le rapport Muse évoque lui la période après 1994, et dénonce par contre une opération de camouflage de la part de l’État français, qui aurait clairement enterré son passé au Rwanda, et ainsi déformé la vérité et protégé des génocidaires.

Cette enquête est basée sur un peu plus de 200 entretiens avec différents témoins, des articles de journaux, des travaux académiques et aussi des documents officiels.

Il ressort qu'elle ne conclut pas à une complicité de génocide de la France, et ne recommande pas non plus de poursuites judiciaires contre des responsables politiques français.

Le rapport Duclert et le rapport Muse ont des approches assez différentes, mais des conclusions convergentes déclarait Vincent Biruta, le ministre des Affaires étrangères rwandais, pendant une conférence de presse cet après-midi.

Le rapport publié par le Rwanda sur le rôle de la France dans le génocide des Tutsis en 1994 et la réaction de Kigali qui exclut la complicité de Paris ouvrent ainsi un espace politique nouveau afin de se projeter vers un avenir commun , avait réagi ce lundi la présidence française.

La France se félicite également que les autorités rwandaises aient excluent des poursuites judiciaires, par la voix de leur ministre des Affaires étrangères, M. Vincent Biruta, interviewé par le journalLe Monde.

Aussi le rapport Muse lii indique que la France a vlairement rendu possible un génocide qui était prévisible , mais ne pense que la France n'a pas participé à la planification du génocide et aussi que les Français n'ont pas participé aux tueries et aux exactions , déclarait dans un entretien le ministre rwandais, en assurant alors que le gouvernement rwandais ne portera pas cette question devant une cour afin de penser plus à l'avenir.

Le chef de la diplomatie rwandaise estime alors dans cette interview que la publication de ce rapport, juste quelques semaines après celle du rapport d'une autre commission composée d'historiens français concluant à des responsabilités assez lourdes et plutôt accablantes de Paris dans la tragédie, va certainement contribuer à la réconciliation entre la France et le Rwanda.

Les deux rapports donnent lieu à des conclusions qui ne sont pas les mêmes, mais qui ont un point commun qui est de bouger les lignes et d'ouvrir un espace politique nouveau.

Le 18 mai prochain, la France recevra à Paris le président rwandais Paul Kagamé dans le cadre d'un sommet relatif au financement des économies africaines, et selon la présidence française, en rappelant en plus qu'Emmanuel Macron avait deja l'intention de se rendre au Rwanda durant cette année.

https://youtu.be/Qn0kuGsEEL4

La France ainsi porte une très lourde responsabilité pour avoir rendu possible un génocide qui était prévisible au Rwanda. C'est donc la conclusion de ce rapport rwandais mais qui n'accuse pas Paris de complicité de génocide,et cela pas plus que le rapport français Duclert qui fût publié, il y a trois semaines.

Tout cela fait dire à Alain Gauthier,le président du Collectif des Parties civiles, que le gouvernement rwandais a juste cherché, avec ce rapport modéré, à vouloir assainir les relations les liant avec la France.

Content created and supplied by: Politologue2.0 (via Opera News )

france génocide rwandais kigali rwanda tutsis

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires