Sign in
Download Opera News App

 

 

Réconciliation nationale : Ouattara appuie l’accélérateur et le frein au même moment

La démarche du Chef d’État donne une Impression contrastée, inclinant à la fois à l’optimisme et au pessimisme. Sommes-nous engagés résolument dans le processus de réconciliation nationale ou alors, sommes-nous dans un jeu de calcul politicien ? Les Ivoiriens s’interrogent !

Le retour d'Akossi Bendjo (au premier plan en veste bleu) est positif la réconciliation (Photos: Web) 

Noël Akossi Bendjo, vice-président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) et ancien maire de la commune du Plateau est rentré d’exil, hier samedi 4juillet 2021. Il avait été condamné par contumace à 20 ans de prison, alors qu’il s’était éclipsé pour se réfugier en France. Le régime Alassane Ouattara l’accusait de prévarication et de détournement de fonds publics portant sur plusieurs milliards de francs Cfa. Une affaire à forts relents politiques en réalité. On sait que l’ancien maire avait résisté à toute tentative de débauchage et était devenu un défenseur intransigeant du Pdci.

Toujours est-il que le retour de l’ancien maire du Plateau est un bon point pour la réconciliation nationale. Il faut ajouter à cet élément positif, le retour en Côte d’Ivoire de l’ancien Chef d’État, Laurent Gbagbo et la libération de nombre de prisonniers politiques, ces derniers temps.

Les militants du Fpi ont été durement réprimé à l'arrivée de Laurent Gbagbo

Le côté sombre de la médaille est constitué par le fait que d’autres prisonniers politiques du Pdci continuent de croupir dans les prisons. Alors même qu’ils ont été arrêtés dans les mêmes conditions, les mêmes circonstances et pour les mêmes causes que ceux qui ont déjà recouvré la liberté. Parmi ceux-ci, on peut citer le cas notable de N’Dri Pierre-Narcisse, directeur de cabinet du Président Henri Konan Bédié. Que lui reproche-t-on plus que les autres qui sont aujourd'hui en liberté? Nul ne le sait !

Du côté du Front populaire ivoirien (Fpi), la situation est beaucoup plus préoccupante. De nouvelles arrestations ont eu lieu à l’occasion du retour de Laurent Gbagbo. Ces nouveaux prisonniers viennent s’ajouter aux militants et cadres, nombreux, déjà dans les geôles du régime d’Abidjan.

Que dire des cas de l’ancien président de l’Assemblée nationale, Guillaume Kigbafori Soro et de ses partisans ? C’est un véritable tsunami qui s'est abattu sur leurs têtes. Au motif d’une tentative de coup d’État que le Procureur de la République n’a jamais pu « démontrer au-delà de tout doute raisonnable » comme d’exigence en matière criminelle, ils ont écopé de peines les plus extrêmes. Guillaume Soro, condamné par contumace à vie. La plupart de ses proches, à 20 ans de prison chacun. Leur mouvement politique, Générations et peuples solidaires (Gps), dissout dans la foulée par le tribunal criminel !

Le procès de Soro et ses partisans pèsera lourd sur la réconciliation nationale

Il n’est secret pour personne que l’ancien Premier ministre a refusé de rejoindre les rangs du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), malgré une cour pressente et assidue. Et comme par hasard, ses ennuis judiciaires ont aussitôt commencé. Dans une affaire scabreuse de recel de deniers publics, il a été condamné, par contumace, dans un premier procès, à 20 ans de prison assortis d’une amende surprenante de plusieurs milliards de francs Cfa. L’estocade est venue du procès pour tentative de complot contre l’État.

Le régime d’Abidjan souffle le chaud et le froid. Il fait tournoyer  le bâton et la carotte. Donnant l’impression de vouloir à la fois, une chose et son contraire. D’aucuns parleront de malice ou de stratégie politique. Mais à ce jeu, on aboutit inévitablement à une opération à somme nulle. Surtout quand on prétend rechercher la réconciliation nationale, après une série crises politiques majeures.

Théodore Sinzé

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

alassane ouattara ivoire pdci laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires