Sign in
Download Opera News App

 

 

Retour de Gbagbo : vers un « effet cobra » pour le RHDP

C’est maintenant clair, le parti au pouvoir souhaite que le retour de Laurent Gbagbo se fasse le plus humblement et le plus sobrement possible. Cependant, la stratégie employée pour obtenir ce résultat risque bien de susciter un «effet cobra ».

En politique et en économie, on parle d’effet cobra lorsque la stratégie employée pour résoudre un problème provoque au contraire, une aggravation de celui-ci.  Cette expression remonte au siècle dernier.

On raconte que durant la colonisation britannique de l’Inde, le gouverneur de Dehli, très préoccupé par le nombre de cobras en divagation, institua une prime pour récompenser toute personne qui ramènerait un cobra tué.

La stratégie fut fructueuse au départ, et les cobras devenaient même rares à trouver. Mais quelques petits malins eurent l'idée d'élever désormais les cobras à domicile, pour se faire plus rapidement de l'argent.

Dès que cette astuce fut découverte, la prime de récompense fut supprimée, mais cela amena du coup tous les éleveurs à relâcher dans la nature leurs cobras, devenus inutiles.

En fin de compte, la ville devint encore plus infestée de cobras qu’auparavant.

Pour revenir à la Côte d’Ivoire, plus le retour annoncé de Gbagbo tarde, plus l’impatience est perceptible dans les rangs de ses partisans, renfonçant au passage leur préparation et leur mobilisation.

C’est connu, le suspense accentue l’excitation à l’approche d’un évènement heureux.

Encore, la dernière sortie d’Adama Bictogo, réclamant une arrivée sans fastes pour Laurent Gbagbo, fait suite à une longue série de déclarations de proches du pouvoir, et de posts de cyberactivistes pro-RHDP allant dans le même sens.

L’enjeu communicationnel au centre de ce débat, est de plus en plus évident pour l’opposition pro-Gbagbo. Et de toute évidence, elle compte bien prouver au monde qu’elle ne perçoit pas son leader comme un criminel grâcié.

Plus le collectif de victimes d’Issiaka Diaby manifeste son hostilité, plus les leaders pro-Gbagbo apportent des répliques pour démontrer leur attachement à l’ex-président. À quoi cela aboutira-t-il le jour J ?

Pourtant, le président Gbagbo aurait pu rentrer "sans bruit", en accord avec les autorités ivoiriennes, quelques jours après le verdict final de la CPI. Cela aurait été une belle surprise pour ses partisans, et le débat actuel n’aurait même pas existé.

Maintenant que l’enjeu est rendu public, et que chaque camp veut démontrer qu’il est le plus populaire, qui pourra empêcher le peuple pro-Gbagbo de manifester spontanément sa joie, dans les quartiers d’Abidjan, dans les villes et villages de l’intérieur acquis à sa cause ?

Qui pourra empêcher ses sympathisants de le fêter encore plus bruyamment dans les maquis, bars et autres places de réjouissances ? De porter en masse les nombreux pagnes et tee-shirts confectionnés pour son accueil ?

Abonnez-vous pour plus d'articles sur la vie politique en Côte d’Ivoire.

Content created and supplied by: Coulix (via Opera News )

laurent gbagbo rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires