Sign in
Download Opera News App

 

 

Immeuble la Pyramide : ce que Houphouët-Boigny reprochait aux francs-maçons

La construction de l’immeuble la Pyramide (R+14), sis dans la commune du Plateau (Centre d’affaires d’Abidjan) a rencontré un refus catégorique du Père de la nation ivoirienne, le Président Félix Houphouët-Boigny décédé en 1993. 

A en croire Francis Akindès, sociologue, professeur à l'Université Alassane Ouattara de Bouaké, le Président Houphouët-Boigny a donné l'ordre d'arrêter le projet de construction de l'immeuble la pyramide en 1964. La publication de l’universitaire reprise via www.237online.com lève un coin du voile sur la sortie de terre de cet édifice racheté à hauteur de 500 millions f par l’Etat ivoirien, en août 2021 . 

« Le président Houphouët accuse publiquement la franc-maçonnerie ivoirienne, et particulièrement la Grande Loge de Côte d’Ivoire de mener des activités subversives contre l’État. Alors qu'ils étaient en plein travaux, tous les francs-maçons sont arrêtés. L’un d’eux était Ernest Boka, alors président de la Cour suprême. Il fut désigné comme le principal meneur des complots. Outre Ernest Boka, cinq autres personnes, identifiées comme francs-maçons ivoiriens, furent condamnées à mort par la Cour de sûreté de l’État en 1964, après un procès expéditif et un réquisitoire prononcé par Grégoire Yacé, alors président de l’Assemblée nationale. Jean-Baptiste Mockey, Jean Konan Banny, Kacou Aoulou et Charles Donwahi. Amadou Thiam, père de Tidjane est acquitté », explique-t-il. 

Le projet de construction de l'immeuble la Pyramide de l'architecte italien Rinaldo Olivieri était mis en quarantaine du fait de l’accusation d’un ‘’faux-complot’’ orchestré dans les années 60 par un groupe de francs-maçons de la Grande loge de Côte d’Ivoire (Glci). « Houphouët ne comprenait pas pourquoi des gens pouvaient se regrouper pour réfléchir sur le monde, alors qu'ils n’étaient pas forcément de la même ethnie, de surcroît blancs et des noirs. Dans ces années soixante de paranoïa générale au sommet des états africains, s'en était de trop. Il fallait qu'ils arrêtent de réfléchir de cette manière suspecte entre eux. Et réfléchir à quoi d'ailleurs en ces temps de parti unique ? Il a très vite été établi par ses services que ces francs-maçons constituaient une aile gauche du Pdci, en sympathie avec les communistes francs-maçons », explique-t-il. 

Selon le professeur Akindès, la forme architecturale de l’immeuble avait été jugée suspecte, car ‘’pyramidale et adossée à un Obélix géant’’. 

Il a fallu attendre en 1967 pour que Houphouët Boigny se rend compte qu'il a été trompé. Relancé, c’est en 1971 que le Président Houphouët reconnu qu’il avait été dupé par un commissaire de police. Le faux complot confirmé. Toutefois, l’universitaire indique que la franc - maçonnerie est placée sous surveillance étroite. Et que la conséquence de ces arrestations de francs-maçons en 1964 fut un retour de la franc-maçonnerie dans la clandestinité jusqu'en 1972. 

Aimé Dinguy’s N.

Content created and supplied by: AiméDinguy's (via Opera News )

abidjan alassane ouattara

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires