Sign in
Download Opera News App

 

 

Gbagbo plaide pour la libération des militaires : le gouvernement lui répond sans réserve

Le Président du PPA-CI, Laurent Gbagbo, a une fois de plus plaidé pour la libération des prisonniers politiques qui croupissent encore dans les geôles de l'État. C'était lors du premier secrétariat général de son parti, tenu le 22 novembre dernier à Cocody. « Je ne sais pas pourquoi des militaires sont encore en prison. Le militaire exécute l’ordre qu’il reçoit du civil qui est son Chef », a expliqué le Président Gbagbo. Toujours selon lui, ceux qui pensent que les problèmes des États se règlent par la prison devraient donc se satisfaire de l’arrestation du civil qui donne les ordres au militaire. Comment doit-on donc expliquer qu’alors que lui, Laurent Gbagbo qui était Président de la République à cette époque, a été innocenté, blanchi et acquitté par la justice internationale, les militaires à qui il est censé avoir donné des ordres pour défendre le pays soient encore en prison ? C’est pour cette raison qu’il dit ne pas accepter ce qu'il qualifie comme une injustice. Et Gbagbo de prévenir : « À cette allure, on risque de ne plus avoir une armée ».

Le porte-parole du gouvernement ivoirien, Amadou Coulibaly, emmené à réagir sur la question, à la suite du Conseil des ministres de ce mercredi 1er décembre 2021, a répondu, sans réserve, à l'ancien pensionnaire de la prison de Scheveningen, à La Haye. À ce sujet, Amadou Coulibaly a dit ne pas comprendre la récurrence de cette interrogation de l'ancien Président. Selon lui, les faits pour lesquels sont poursuivis les militaires diffèrent des faits pour lesquels Laurent Gbagbo était poursuivi. « En ce qui concerne les militaires, il faut rappeler que ces militaires sont poursuivis pour des crimes de sang, assassinats, meurtres, enlèvements, soustractions de cadavres », a-t-il déclaré.

Puis a poursuivi : « (...) Maintenant, je m'étonne de la récurrence de cette interrogation mais ce que je veux dire, c'est qu'en matière pénale, et M Gbagbo doit le savoir, lui qui a une batterie d'avocats internationaux avec lui, il doit savoir qu'en matière de justice, la responsabilité est personnelle. Ces individus sont poursuivis pour des crimes qu'ils ont commis eux-mêmes. M Gbagbo doit également savoir qu'en matière pénale, l'aveu est la reine des preuves. Est que la récurrence de cette interrogation est une forme d'aveu ? M Gbagbo est-il en train de nous dire que c'est lui qui a donné les instructions ? Si tel est le cas, cela pourrait intéresser la justice parce qu'il ouvre la voie à une autre procédure à partir du moment où l'aveu est la reine des preuves ».


Yannick_LAHOUA

Content created and supplied by: Yannick_LAHOUA (via Opera News )

amadou coulibaly laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires