Sign in
Download Opera News App

 

 

Affaire Claude Gohourou devant la Cour d’appel ce mercredi : La vive réaction du président de la CNDVT-CI

Claude Gohourou a exprimé son mécontentement dans une mise au point, ce mardi 22 février 2022. Voici pourquoi.

 

Une fois encore, Claude Gohourou s’est offusqué d’un article de presse, paru ce mardi 22 février 2022, sur le site, Le Débat Ivoirien et repris par Opéra News. « C’est le même article qui est diffusé chaque fois et malencontreusement repris par Opéra News. C’est une manipulation de l’opinion. Je ne suis pas du tout content de voir que quelqu’un s’appuie sur votre organe pour me discréditer à chaque moment », peste le président de l’Association des victimes de déchets toxiques et Coordinateur national des victimes de déchets toxiques en abrégé (CNDVT-CI), dans une mise au point dont nous avons reçue copie.

De quoi s’agit-il ?

En effet, dans un article diffusé par Le Débat Ivoirien, ce mardi 22 février, il est mentionné que « Claude Gohourou sera jugé le mercredi 23 février 2022, par la première Chambre correctionnelle de la Cour d’Appel d’Abidjan-Plateau pour blanchiment de capitaux portant sur la somme de 4 milliards F CFA ». Les journalistes ont eu cette information du président du Réseau national pour la défense des droits des victimes de déchets toxiques de Côte d’Ivoire (RENADVIDET-CI), Charles Koffi.

Pour Claude Gohourou, cette information vise à entamer son honorabilité. Car, explique-t-il, l’arrêt de la cour d'appel du 27 juillet 2016 que brandit Charles Koffi n'est pas définitif. « S’il y a un pourvoi en cassation, c’est parce que l’arrêt du 27 juillet a été cassé et annulé le 9 janvier 2018 pour demander le renvoi de l'affaire devant la Cour d’Appel autrement composée pour y être statué à nouveau », fait-il savoir. D’ailleurs, M. Gohourou rappelle si besoin est, que le Conseil Constitutionnel a confirmé le caractère non définitif de cet arrêt de juillet 2016. C’est pourquoi, souligne-t-il, il a été candidat aux législatives de mars 202s. « Claude Gohourou a été candidat aux dernières élections législatives de 2021. C’est dire qu’il n’a jamais détourné de l’argent et qu’il a tous ses droits civils et politiques. Nous sommes dans un Etat de droit et on ne peut impunément salir quelqu’un même si on ne l’aime pas. Quelqu’un qui a été condamné pour blanchiment d'argent ne peut pas être candidat à une élection en Côte d’Ivoire », déclare le président de la CNDVT-CI.

A l’en croire, c’est une affaire qui sera jugée devant un autre tribunal avec les différentes personnes concernées et non une seule personne. « Ce n’est pas le procès de Claude Gohourou qui n’a jamais fui le pays et qui est sur le territoire ivoirien. C’est l’affaire qui sera devant la Cour d’Appel d’Abidjan-Plateau, ce mercredi. Que Charles Koffi arrête de me salir », tranche-t-il.

Poursuivant, il annonce que le 25 février 2022, après la décision de la cour d’appel, il sera en procès contre Charles Koffi pour mettre un terme définitif à toutes ces attaques. C’est pourquoi, il a appelé les victimes des déchets toxiques à la sérénité. « Personne ne nous détournera de la cause qui fonde notre combat. Celui de défendre la dignité des concitoyens victimes de cette catastrophe humaine et écologique créée par Trafigura. Et cela passe par la reconnaissance de la culpabilité et ensuite du dédommagement de toutes les personnes touchées sans distinction à Genève et à Amsterdam en passant par Abidjan », conclut-il.

 

AKE

 

 

Content created and supplied by: Eddy3 (via Opera News )

charles koffi claude gohourou

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires