Sign in
Download Opera News App

 

 

Retour du PDCI au RHDP: Voici ce qui fait courir Ouattara, ce qu'il craint se rapproche

Après la crise électorale du 3ème mandat consécutif à sa candidature à la présidentielle d’Octobre 2020, le chef de l’état Ivoirien, Alassane Ouattara songe à la recomposition du paysage politique Ivoirien. 

Réélu dans des conditions controversées face à Kouadio Konan Bertin, actuel ministre de la réconciliation nationale, le mentor des Républicains, 79 ans, semble réaliser enfin, le péril qui guette son héritage politique. Isolé, combattu par ses anciens alliés de l’épopée victorieuse de 2010 qui a consacrée son accession au palais présidentiel après un conflit postélectoral, qu'il a pu surmonter, essentiellement grâce à l'appui décisif de la rébellion des Forces Nouvelles (FN) de Guillaume Soro et du PDCI d'Henri Konan Bédié, l'ex DGA du FMI ne se fait plus d'illusion. 

Sans une alliance stratégique, son parti, le Rassemblement Des Républicains (RDR) est voué au rétrécissement. Pour réussir un tel projet, qui mieux que le PDCI où il est allé chercher son nouveau premier ministre et dont il a renoué le dialogue avec le leader, pour voler à son secours. Se réunir avec ‘’son aîné’’, qui a frôlé une arrestation au lendemain de la présidentielle d’Octobre 2020, Alassane Ouattara en rêve. 

Et, il l'a clairement fait savoir ce Jeudi 29 Avril 2021, à sa résidence privée, au cours d’une rencontre avec les populations des régions de la Me et du Sud-Comoe. Face à ses hôtes, Ouattara n'est pas passé par quatre chemins pour dévoiler ses intentions. 

Selon lui, ‘’la place du PDCI est au RHDP’’. Il a d’ailleurs avoué avoir mandaté son chef de gouvernement, Patrick Achi, ancien cadre du PDCI à l'effet de réussir cette réunification au nom de l’idéologie Houphouétiste qui lierait son parti à celui d'Henri Konan Bédié. Visiblement, les développements de ces derniers mois sur le plan politique, sont en train de vouer Alassane Ouattara à des contingences des plus spéculatives, au point de le contraindre à revoir ses plans. 

Principal élément à prendre en compte dans le changement de stratégie du dirigeant Ivoirien, l’acquittement définitif de Laurent Gbagbo. La saga Gbagbo à La Haye, c’est terminé. Et la seule option qui s'offre aujourd’hui à l’exécutif Ivoirien, est de le laisser rentrer, nonobstant les poursuites judiciaires engagées contre lui sur le plan local. Son rival de la crise postélectorale de 2010-2011 étant resté très populaire dans les milieux de gauche, son alliance en voie de consolidation avec Henri Konan Bédié, guide absolu de la droite conservatrice Ivoirienne, rend fébrile le pouvoir en place. 


Les deux anciens chefs d’états ont entamé un processus d’alliance non-ideologique depuis 2020. Et bien qu’il ait été le seul véritable poids lourd de l’opposition durant la crise du 3ème mandat, en absence de Laurent Gbagbo et Guillaume Soro, Henri Konan Bédié a imposé durant plus d’un mois, avec le soutien des partisans de ses alliés de l’opposition, un régime d'enfer au pouvoir d’Abidjan avec la désobéissance civile. Imaginer une concrétisation de cette alliance avec la présence physique de Laurent Gbagbo à Abidjan, et éventuellement de Guillaume Soro dans les prochains mois, relève d’un scénario cauchemardesque pour le RHDP. Il faut réagir vite et objectivement. 

Pour Alassane Ouattara, pas d’autre alternative qu'un recours en urgence à l'auteur de l'appel de Daoukro, face à l’intransigeance de Guillaume Soro, qui lui réclame le fauteuil ou rien. En voilà un défi des plus inextricables pour le régime en place à Abidjan. 


Malheureusement pour le numéro 1 Ivoirien, les choses pourraient ne pas se passer comme il le souhaite. Rien qu'en anticipant par les réactions de militants de la base ou de responsables du parti tel que Jean-Louis Billon, secrétaire exécutif en charge de la communication qui dans une interview sur Tv5 ce Dimanche 02 Mai, rappelait que seul le PDCI a la légitimité de l’héritage l’héritage d’Houphouet. 

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

alassane ouattara pdci rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires