Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire / Politique : le peuple aimerait assister à une passation de charges présidentielles

Suite au vent des indépendances en Afrique, la Côte d'Ivoire autonome depuis le 07 août 1960, a opté pour un système de gouvernance démocratique. C'est-a-dire que tout candidat à la présidentielle doit être élu avec des mandats définis par la loi fondamentale ivoirienne. Ce qui préconise, par ricochet, une passation de charges entre un président sortant et l'autre entrant.

Malheureusement, le peuple ivoirien est toujours en attente de cette précieuse cérémonie nationale. Car le père de la nation, le président Félix Houphouet BOIGNY a cédé le pouvoir par décès à son dauphin constitutionnel Henri Konan BÉDIÉ. Celui-ci a été évincé du pouvoir par le général Robert GUEI et ses <<jeunes gens>>. Au moment où on espérait mieux, le général qui a voulu confisquer le pouvoir d'État, est à son tour chassé par la population au profit de Monsieur Laurent GBAGBO qui devint alors le premier président de la deuxième République de Côte d'Ivoire. À peine ce dernier entame son mandat qu'il est combattu dans tous les sens par un groupe armé.

Pendant une quasi décennie, l'imbroglio a demeuré jusqu'à la désignation de deux présidents pour la même République. Au finish, par la force, le président Laurent GBAGBO est écarté du pouvoir. Alors l'événement tant espéré n'arrivera pas. Depuis lors, le président Alassane Ouattara est à sa troisième étiquette.

Toutefois, bien sage et visionnaire qu'il est, la Côte d'Ivoire entière a foi que le PRADO ADO pour une fois lui fera connaître les délices de la passation des charges de la République à un successeur.


RigobertKohou

Content created and supplied by: RigobertKohou (via Opera News )

alassane ouattara côte d'ivoire laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires