Sign in
Download Opera News App

 

 

Ouattara-Bédié: Le grand malaise

 

Dans son discours à la nation, le 31 décembre 2020, le président Alassane Ouattara annonçait qu’il rencontrerait le président Henri Konan Bédié vers la mi-janvier 2021. 

4 mois après cette annonce, les deux sont ne se sont pas encore rencontrés. Un fait qui montre clairement qu'il existe encore des points de divergences entre les deux ex-alliés.

Même si par personnes interposées, le dialogue avait été relancé, notamment dans le cadre du dialogue politique conduit par feu Hamed Bakayoko, dans le fond, le malaise entre Ouattara et Bédié persiste.

À preuve, dans son discours lors de la célébration des 75 ans du PDCI, Bédié a volé dans les ailes du chef de l'État en réaffirmant que le mandat d'Alassane Ouattara est anticonstitutionnel. 

« Point n’est besoin de vous parler des problèmes que nous connaissons tous : les systèmes éducatif et sanitaire dégradés, la pauvreté, la délinquance juvénile chez nos enfants instrumentalisés (pour en faire des miliciens et microbes). Bref ! Le tissu social déchiré, la Côte d’Ivoire défigurée. Point n’est besoin de vous parler également des députés, des responsables de la société civile, jeunes et des femmes emprisonnées, pour avoir voulu exprimer leur refus du bâillonnement de la démocratie par un 3eme Mandat non conforme à notre loi fondamentale'', a taclé sèchement Henri Konan Bédié ce samedi 10 avril à la maison du PDCI.

Comme pour réaffirmer clairement son opposition à la gouvernance Ouattara.

Aussi, Bédié continue de réclamer la libération des détenus de la crise électorale de 2020.

''Je veux me souvenir de mon Directeur de Cabinet, N’DRI Kouadio Narcisse, Felix N’DAKPRI, Pulchérie GBALET et deux cent vingt (220) de nos jeunes encore et injustement incarcérés. Je veux leur dire que le PDCI-RDA ne les abandonnera pas'', avait lancé le Sphinx de Daoukro. 

La posture de Bédié semble claire. Une nouvelle rencontre au sommet entre lui et Ouattara reste conditionné par la libération des prisonniers de la crise d'octobre dernier. 

De son côté, Alassane Ouattara a maintenu Coulibaly Kuibiert dans ses fonctions de président de la Commission électorale indépendante, malgré la contestation de l'opposition.

Aussi, le chef de l'État a formé un gouvernement sans l'opposition dirigé par Bédié.

Un message clair du pouvoir qui n'entend pas céder aux exigences de l'opposition.

Ainsi, Alassane Ouattara veut montrer qu'il demeure le maitre du jeu malgré quelques concessions faites avant la tenue des législatives de mars dernier.

''L' absence de Bédié aux cérémonies officielles d'Ahmed Bakayoko pourtant ex-pensionnaire du PDCI montre clairement que l'ambiance est morose entre Ouattara et Bédié. À un moment donné, les deux hommes devront échanger pour relancer le dialogue politique car à l'état actuel, la tension politique reste relativement palpable'', commentent plusieurs observateurs. 

Dans les cercles politiques, on soutient que la posture de Bédié, de ne pas reconnaitre la victoire d'Alassane Ouattara après la récente présidentielle dérange. 

''Alassane Ouattara se montrera plus flexible si Bédié reconnait sa victoire. Mais on se demande à quel prix Bédié acceptera cette exigence du pouvoir car le Sphinx de Daoukro s'est positionné en meneur de toute l'opposition. Une opposition qui avait appelé ses partisans à la désobéissance civile qui a fait officiellement 85 morts. Donc difficile pour Bédié de se renier. Surtout qu'avec le retour de Gbagbo, l'opposition gagnera en puissance. Cela Bédié le sait et veut jouer la carte du temps face à un RHDP en pleine recomposition après la mort de deux de ses poids lourds'', argumente, le politologue N'Dri Anthelme.  

En somme, un dialogue direct entre Ouattara et Bédié, n'est visiblement pas pour demain.

Jephté Le Grand

Content created and supplied by: Jephté (via Opera News )

alassane ouattara henri konan bédié ouattara-bédié

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires