Sign in
Download Opera News App

 

 

Présidentielle 2025 : Alassane Ouattara seul maître du jeu, va-t-il réussir à cogner et couper des têtes ?

Les Présidents Alassane Ouattara (à d.) et Laurent Gbagbo


A ce stade de la situation socio-politique, si les choses restent en l’état, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié, Pascal Affi Nguessan et Simone Gbagbo pourraient être déclarés aptes à participer à l’élection présidentielle à venir, dans moins de 3 ans. Là où Simone Gbagbo pourrait aller en roue libre, Laurent Gbagbo est quant à lui toujours suspendu aux lèvres du Président Alassane Ouattara. Des batailles en perspectives. 

Le 6 août dernier, veille de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a gracié le Président Laurent Gbagbo et deux autres gradés de l’armée ivoirienne ayant servi sous ses ordres. Cette grâce du Président de la République, quand bien même qu’elle rétablit ses avantages financiers, ne lui ouvre pas la voie à une quelconque compétition électorale. Du coup, là où les partisans de l’ancien Président ivoirien s’attendent à ce qu’il brigue la présidentielle de 2025, c’est à un mur de glace qu’ils risqueraient de se heurter en 2025, comme ce fut le cas en 2020. 

Contrairement à l'amnistie, la grâce présidentielle n'efface pas la condamnation. Or contrairement à son époux Laurent Gbagbo, Simone Ehivet Gbagbo a bénéficié d’une amnistie du Président Alassane Ouattara, le 6 août 2019. Cette décision lui ouvre le boulevard des initiatives politiques parmi lesquelles une candidature à la prochaine élection présidentielle. Avec cet autre grand bond que l’ancienne députée de la commune d’Abobo s’apprête à faire sur l’échiquier politique. 

A partir ce vendredi 19 et ce, jusqu’au samedi 20 août 2022, Simone Ehivet Gbagbo qui s’est abstenue de rejoindre ses ex-camarades, notamment son époux au PPA-CI, va ériger son mouvement politique « Mouvement Générations Capables (MGC) » en un véritable instrument politique avec des ramifications sur toute l'étendue du territoire national. Certaines sources crédibles évoquent une volonté partagée au sommet de l’ériger officiellement en parti avec pour objectif principal la participation de ses cadres aux élections locale et présidentielle.

Simone Ehivet Gbagbo, Présidente du MGC 


Dans cette dynamique et en tenant compte des décisions – jugées de deux poids deux mesures – prises par Alassane Ouattara à l’endroit de Simone et Laurent Gbagbo, il apparaît indéniable que les antagonismes seront très vives entre camarades d’hier, à la prochaine présidentielle. Les dissensions politiques auxquelles se sont mêlées une brouille conjugale, avec en toile de fond des ressentiments, profitera au pouvoir en place, plus précisément à Alassane Ouattara. Le PPA-CI et Laurent Gbagbo forclos là où le MGC et Simone Gbagbo rempilerait, cela laissera à n’en point douter un arrière-goût à un camp. Notamment au PPA-CI dont le leader est sous le coup d’une condamnation par la justice ivoirienne pour l’affaire dite du "Braquage de la BCEAO". 

On se demanderait au cas où le Président Alassane Ouattara restait sur sa décision de maintenir l’épée de Damoclès au-dessus de la tête de Laurent Gbagbo, face aux divisions entre les camarades d’hier, comment ces derniers réussiraient à reconquérir le pouvoir perdu en 2011 ?  

2025 c’est dans moins de 3 ans et les perspectives pour qu’ils réussissent à vaincre Alassane Ouattara qui freine en outre sur les questions de renouvellement de la CEI, le découpage électoral, etc., six mois après la fin du dialogue politique, sont très minces.

  

Saint-Claver Oula

Content created and supplied by: Saint_Claver_Oula (via Opera News )

alassane ouattara henri konan bédié laurent gbagbo pascal affi nguessan simone gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires