Sign in
Download Opera News App

 

 

Fin de congrès PPA-CI/ Quand Gbagbo envoie un message à Bédié et Ouattara

Après 48 heures, les travaux du congrès du Parti des peuples africains - Côte d'ivoire ( PPA-CI) ont pris fin par le discours d'orientation de Laurent Gbagbo.

Si la mobilisation a tenu ses promesses avec la présence de plusieurs délégations africaines et européennes, des diplomates y compris ceux des puissances occidentales, le discours de Laurent Gbagbo aura été l'un des actes les plus atypiques. 

Iconoclaste comme toujours, Laurent Gbagbo n'a pas épousé un ton de triomphalisme. Il a préféré parler à la conscience des africains sur ce que doit être l' Afrique de demain. Un continent uni s'il veut gagner le défi du développement et forcer le respect des autres. D'où le rêve du panafricanisme qu'il dit avoir commencé sous son magistère à la tête de l'état mais qui s'est estompé avec les attaques ennemies. 

Laurent Gbagbo a réglé des comptes à ceux qui veulent "décréter " sa retraite politique. "Personne ne décidera à ma place", s'est-il braqué avant de dire pourquoi il lance ce nouveau parti. D'abord, sortir de ce qu'il a appelé la polémique stérile pour parler de la guéguerre qui avait commencé avec son ancien premier ministre Affi N'guessan. Ensuite le désir de mettre sur pied un instrument de lutte pour servir la cause du panafricanisme, son nouveau cheval de bataille. 

Ce qui lui tient à cœur, c'est surtout sa volonté de préparer sa retraite comme il le désire. Aussi a-t-il tonné du haut de la tribune :

"Nous avons eu des déboires dans le passé parce que j'ai quitté la tête du parti (le FPI) en 2001, mais sans préparation de la passation de pouvoir. Et cela a provoqué la catastrophe.

Donc, il faut préparer le retrait des aînés. La structure du parti, que j'ai voulue, est une structure pour préparer mon retrait et que demain, je puisse aller dans mon village, sans regrets. Mon ambition, c'est de partir pas pour vous abandonner mais en étant militant de base. (...) A cet âge et après ce parcours, la sagesse, c'est de se préparer à partir, mais pas brusquement. La sagesse est de se préparer à partir. Donc je partirai mais sachez que je suis avec vous. On mènera ensemble les combats".


Cette partie du discours a laissé pantois ses partisans venus nombreux et accrochés à ses lèvres. Silence dans la salle comme pour désapprouver mais Laurent Gbagbo a tenté de rassurer.

Un discours depuis le Sofitel Hôtel Ivoire qui parle également à Bédié et Ouattara qui s'apprêtent eux aussi à passer le flambeau un jour. Pour sûr, Henri Konan Bédié qui tient encore pour le service n'est pas insensible encore moins aphone aux messages de ceux de son camp qui à visage découvert ou masqué l'invitent à passer le flambeau. Idem pour Alassane Ouattara. Le chef de l'état qui aura 83 ans en 2025 n'aura pas toute l'énergie nécessaire pour poursuivre même si tel est le vœu de certains de ses affidés.

Le débat sur la limitation de l'âge à la présidentielle est ainsi relancé avec cette annonce de Laurent Gbagbo.

Content created and supplied by: SylvainGuédéDebailly (via Opera News )

Laurent Gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires