Sign in
Download Opera News App

 

 

Voici le plan Ouattara qui a sauvé la Côte d'Ivoire et le Président Houphouët-Boigny en 1990

Photo d'archives, Alassane Ouattara.


Alors que la Côte d'Ivoire traversait une profonde crise politico-économique, Alassane Ouattara, a été appelé et nommé le 18 avril 1990, président du Comité Interministériel de Coordination (CIC), par le Président Félix Houphouët Boigny.

Le rappel de cet évènement qui a marqué un tournant important dans la vie de la Côte d'Ivoire, a été fait par le média Aminata 24, à travers une publication sur da page Facebook, le vendredi 23 avril, précisément à 21h 25.

Ainsi peut-on lire le rappel de la composition et la.mission assignée au CIC.

<< Le Comité Interministériel de Coordination est composé de 7 ministres ( Industrie, Economie, Agriculture, Commerce, TP, Fonction Publique, Mines) et de M. Charles Konan Banny, Directeur National de la BCEAO qui en assure le secrétariat.

La mission du CIC est d’élaborer et mettre en application le programme de stabilisation et de relance économique qui doit remplacer le plan "Koumoué Moise".>>

Quant aux motivations réelles qui ont milité en faveur du choix de Alassane Ouattara, les voici :

<< Le Gouverneur Ouattara, Président du Comité Interministériel de Coordination connaît très bien le dossier de la dette ivoirienne. À la fin de l’année 1987, c’est lui en tant que directeur du département Afrique au FMI qui jouait les bons offices pour obtenir un règlement négocié du moratoire ivoirien.

La mission du comité qu’il préside est scindée en trois phases. La phase de l’élaboration du programme, sa mise en œuvre et son suivi. Dès le 23 avril, les négociations entre le comité interministériel, le FMI et la banque mondiale débute. Le 5 mai, les bailleurs de fonds signent le programme de stabilisation et de relance économique qui doit être approuvée par l’Assemblée Nationale avant d’être appliqué.>>

Toujours selon notre source le CIC a commencé sa mission par un exposé devant les membres de la Commission des Affaires Economiques et Financières de l’Assemblée Nationale, le 29 mai. Et en séance plénière les députés ont adopté à l’unanimité les 10 projets de loi du Programme de Stabilisation et de Relance Economique appelé aussi "Plan Ouattara".

Ce Plan Ouattara a été expliqué comme est un programme à court terme, son application rigoureuse vise à réaliser un Excédent Budgétaire de 23 milliards en 1990 au lieu d’un déficit de 215 milliards comme en 1989, peut-on lire.

<< Si l’objectif est atteint , en novembre-décembre un programme à moyen terme sur 3 ans (1991/1993) sera mis en place.

Le Plan Ouattara a permis à la Cote d’Ivoire de bénéficier immédiatement des tirages de prêts, alors que de leur côté́ les autorités Françaises débloquaient de Nouveaux Fonds.

L’ audit de la caisse de stabilisation réalisé durant le Plan Ouattara a permis l’intégration des comptes de cette dernière dans les écritures générales du Trésor public, ce qui correspond à une petite révolution dans le budget.

En octobre, le comité interministériel annonce la privatisation de l’EECI, l’ONT, la SICTA et le Complexe dEexploitation Industrielle de Bétail de Ferkessédougou. Le dernier trimestre de l’année 1990 a été́ essentiellement consacré, au déroulement du cycle électoral qui s’achève par la reconduction du Président Houphouët-Boigny pour un 7ème mandat.>>

Alors que la mission du CIC s’achevait et que Ouattara a été nommé Premier Ministre en Novembre, on observait une relative amélioration des comptes de l‘État, grâce à sin plan de sauvetage.

Bassira.

Content created and supplied by: Bassira (via Opera News )

alassane ouattara côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires