Sign in
Download Opera News App

 

 

Fonction publique : "nous ne comprenons pas le mutisme de notre ministère"(Gaha Joël, SG SYNAFOP-CI)

Un an après son élection au Congrès à Yamoussoukro, GAHA JOËL, Secrétaire Général du Syndicat National des Agents du Ministère de la Fonction Publique de Côte d'Ivoire (SYNAFOP-CI) fait le bilan des actions de son syndicat et de l'avancée des négociations avec les autorités dudit ministère.

Aujourd'hui cela fait un an jour pour que vous êtes à la tête du SYNAFOP-CI, quel bilan faites-vous après ces 12 mois de gouvernance?

GJ: Je vous remercie de l'occasion que vous me donnez et qui me permet d'indiquer qu'au congrès de Yamoussoukro qui a vu ma réélection, nous avons décidé de mettre en-avant un syndicalisme de concertation et de négociation avec tous les acteurs impliqués dans la mise en œuvre d'une politique sociale visant à améliorer les conditions de vie et de travail des agents du ministère de la fonction Publique. C'est ainsi que nous nous sommes accrochés aux négociations entamées véritablement avec notre ministre de tutelle dès le mois de janvier 2022. Le respect à notre engagement nous a amené à ne pas être solidaire de la grève initiée dans le mois de mars par la COSYFOPMA. Au-delà du respect de notre engagement, nous étions dans une bonne dynamique de discussion avec notre ministre et la trajectoire de résolution de nos préoccupations était très bonne. Sur sept (07) points de revendications, six (06) étaient en train de connaître un début de traitement et la question fondamentale préoccupait fortement notre ministre qui visiblement menait toutes les actions à sa prise en compte efficacement et à sa résolution définitive.

Justement cette grève de la COSYFOPMA a enregistré son corollaire de conséquences avec l'emprisonnement de trois (03) syndicalistes et l'affectation de certains leaders syndicaux dans d'autres ministères. Aujourd'hui où en êtes-vous dans ces discussions avec vos autorités ?

GJ: Je dois vous avouer que les négociations sont à l'arrêt. La dernière rencontre que nous avons eu avec nos autorités date de quatre (04) mois pratiquement. Elle s'est tenue le premier jour de la grève où nous nous sommes convenus avec eux d'une périodicité de rencontre mais jusque-là rien. Madame le ministre lors des rencontres précédentes avait, avec tous les syndicats, arrêté un tableau de bord des différentes préoccupations. Les acteurs internes et externes devant contribuer au traitement de ces différentes questions ont été identifiés et un bilan périodique de l'évolution des choses devait être fait mais nous attendons toujours depuis quatre (04) mois. Il est bon aussi de savoir que plus l'attente est longue, plus cela nous met en difficulté face à ceux qui nous ont fait confiance et qui nous regardent. Cela pourrait entacher notre patience et notre engagement initialement pris il y a de cela un (01) an.

Concrètement que comptez-vous faire aujourd'hui que tout semble être au point mort?

GJ: J'ose espérer que tout n'est pas au point mort surtout que nous avons un ministre qui depuis son accession à la tête de ce ministère nous a démontré sa volonté à nous aider. Elle a été toujours à notre écoute sauf que nous ne comprenons pas aujourd'hui le mutisme qu'il y a autour de nos préoccupations. Est-ce les personnes commises par elle à traiter les six (06) points validés qui ne le font pas ou est-ce un calendrier chargé des uns et des autres qui ne permet pas nos retrouvailles pour faire le point mensuellement comme arrêté ensemble ? Nous nous posons la question. Surtout que notre demande d'audience émise conjointement avec le SAP-CI et la COSYFOPMA depuis trois (03) mois n'a connu aucune suite favorable. Alors qu'il était question de féliciter notre ministre pour sa reconduction et profiter pour débattre de quelques questions très préoccupantes. En tout état de cause, depuis plusieurs semaines nous avons rencontré les autres responsables du SAP-CI et de la COSYFOPMA pour une unité d'actions concertées et bien élaborées. Dans un premier temps nous ferons ensemble une tournée syndicale nationale d'information et de mobilisation qui nous permettra de prendre l'avis de tous pour ne pas commettre les erreurs du passé récent. Cette fois-ci, nous irons en rang serré pour le combat deCette fois-ci, nous irons en rang serré pour le combat de notre bien-être.

Votre mot de fin?

GJ: Je voudrais en ce jour anniversaire de ma réélection au poste de SG du SYNAFOP-CI remercier madame le ministre pour son écoute permanente des Syndicats de son Ministère mais également tirer la sonnette d'alarme pour le silence qui prévaut actuellement sur nos préoccupations. Je demande à l'ensemble des agents de rester solidaires de leurs syndicats car désormais nous travaillons ensemble avec les autres dans une nouvelle alliance syndicale respectueuse de l'autonomie de chaque structure. Merci à tous les membres de mon Bureau Exécutif ainsi qu'à l'ensemble des délégués régionaux du SYNAFOP-CI.

Dadié Kôbê

Content created and supplied by: DadiéKobê (via Opera News )

côte d'ivoire yamoussoukro

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires