Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire: Anne Désirée Ouloto est aussi un acteur de développement dans son Cavally natal

On parle souvent de la ministre Anne Désirée Ouloto, comme une dame de tâches lourdes et de destruction massive, mais ce que l’on oublie, elle est un véritable acteur de développement chez elle dans sa région, nous y sommes rendus, et nous allons vous montrer ce qu’elle représente dans sa base.

Madame Bulldozer, parce qu’elle avait la tâche de détruire les abris gênants la voirie, elle laisse un goût très amer aux victimes de ses actes politiques. Aujourd’hui, sur la route de Grand-Bassam par exemple, la voirie est bien espacée et les habitants ont une visibilité pour leur sécurité. Comme dit l’autre, on ne peut jamais faire d’omelettes sans casser les œufs. Les conséquences fâcheuses de ces destructions, ont causé beaucoup de tort car pour la première fois dans l’histoire de la Côte d’Ivoire, certains ivoiriens se sont vus, contraints de dormir sur des cimetières.

Mais nous venons d’arriver de l’ouest de la Côte d’Ivoire, d’où est née la dame de fer du gouvernement du président Ouattara. Anne Désirée Ouloto qui est la présidente du conseil régional du Cavally, dont la capitale est Guioglo. Sa région comporte 5 sous-préfectures à savoir : Péhé, Méo, Nezobli, Bacoubli et enfin, Toulepleu, sans compter les gros villages qui cohabitent avec la communauté de la CEDEAO.

Sans rentrer dans des souvenirs douloureux que cette région a vécus, dont elle se bat pour apporter quelques soulagements selon ses disponibilités, des actes concrets sont posés et qui sont visibles à l’œil nu.

Dans la sous-préfecture de Nezobli par exemple, elle a fait électrifier 10 villages. Ces populations anciennes qui étaient restées dans le noir doivent leur ouverture à sa politique de développement et surtout à sa bonne foi et à sa sensibilité de fille native et qui reconnaît et vit, les problèmes de ses parents.

A Guiglo, la capitale du Cavally, un grand centre de secours est bâti qui vient à point nommé pour tous les cas d’extrême urgence. Les bâtiments sont là, visibles et opérationnels. A Tahibli, un centre des jeunes filles, est en train de sortir de terre où ses sœurs apprendront des métiers pour leur avenir quand on sait que dans ces zones, la scolarisation de la jeune fille est un problème. La jeune fille n’a pas trop droit de cité. Madame la présidente va révolutionner les esprits.

A Zagner, un château d’eau est en construction pour pallier au manque d’eau potable récurrent et surtout à la consommation de l’eau des marigots, qui ont entrainé autant de maladies. L’eau source de vie, arrive pour aussi pour leur donner la vie. L’eau de qualité arrive et toutes les populations piaffent d’impatience. Dans la même localité de Zagner, une école primaire de plusieurs classes est en construction, le niveau d’étude dans ces zones n’excède pas le primaire et par manque d’école, beaucoup de jeunes n’ont pu être scolarisés. Ça sera désormais des vieux souvenirs.

Le savoir arrive aussi à Mayoubly où une autre école primaire verra le jour sous peu, dans le même Mayoubly, un hôpital urbain est ouvert, avec 3 logements affectés au personnel soignant.

C’est celui qui ne fait rien qui ne se trompe pas, mais déjà, madame Anne Désirée Ouloto, travaille dans son Cavally natal où beaucoup reste à faire certes, mais déjà, ce qui est visible était nécessaire à évoquer.

Ce reportage n’a pas été télécommandé, par madame la présidente, qui doit en être surprise. Nous nous sommes rendus chez elle pour voir ce qu’elle a posé comme actes car, son seul nom fait trembler certains ivoiriens et nous avons voulu nous rapprocher de son Cavally pour voir ses doigtés et ses réalisations.

Nous recherchons les acteurs qui développent leur région et nous avons été conquis par les réalisations de madame Bulldozer, qui a un cœur vraiment à l’ouvrage.

                                                            Joël ETTIEN

Content created and supplied by: BusinessActuality (via Opera News )

Anne Désirée Ouloto Cavally Côte d'Ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires