Sign in
Download Opera News App

 

 

Réunion de l’opposition ce Dimanche : Bédié et ses alliés vont-t-ils dérouler le rouleau compresseur?

Moins d’une semaine après l’annonce par le Conseil Constitutionnel de son verdict sur la liste définitive des candidats éligibles à l’élection présidentielle d’Octobre 2020 en Côte d’Ivoire, les événements semblent s’accélérer dans le landerneau politique.

De manière quasi-ininterrompue, la semaine du 14 au 20 Septembre, a été, sinon, promet d’être riche en bouleversements, et ce à quelques heures de la grande rencontre convoquée par le président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié, ce Dimanche 20 Septembre 2020, pour sonner le rassemblement de toutes les forces vives de l’opposition Ivoirienne, contre la candidature à un 3ème mandat du président sortant, Alassane Ouattara.

Le premier coup de théâtre est venu, le 15 Septembre dernier d’Arusha en Tanzanie, où la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP), a ordonné, moins de 24 heures après la délibération du Conseil Constitutionnel, le rétablissement des droits civiques de l’ancien chef du parlement et candidat de GPS, Guillaume Soro, de sorte à le rendre éligible à la future présidentielle en Côte d’Ivoire.

Ce fut ensuite au tour de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) de monter au créneau pour exprimer sa ‘’vive préoccupation face au sort des parlementaires de l’opposition incarcérés en Côte d’Ivoire’’.

Une sortie pour le moins surprenante, vu l’attitude taciturne que l’organisation avait observé jusque-là, sur ce dossier. La conférence de presse de l’ex Numéro 2 du régime Ivoirien, Guillaume Soro, de ce Jeudi 17 Septembre à Paris, a également jeté un pavé dans la mare du pouvoir en place à Abidjan, notamment avec son appel ‘’à l’unité d’action’’, de toute l’opposition contre la candidature de son ancien mentor, dont il conteste la légalité.

Et contre toute attente, c’est l’Union Européenne (UE) qui se signalait dès le lendemain de cette déclaration, et ce, 72 heures après l’ordonnance de la CADHP relative à l’éligibilité du candidat de GPS, pour prendre position dans la situation de tension actuelle entre le pouvoir du RHDP et son opposition. ‘’L’UE prend acte de la décision du conseil constitutionnel, ce 14 Septembre, relative aux candidatures retenues pour l’élection présidentielle. S’il ne lui revient pas de se prononcer à ce sujet, l’UE rappelle qu’il est de la responsabilité première des autorités et institutions Ivoiriennes compétentes de garantir un processus électoral impartial, transparent, inclusif et équitable, emportant l’adhésion des citoyens. Elle note les différentes procédures ouvertes auprès de la CADHP relativement au processus électoral et rappelle son attachement au respect de la justice internationale’’, notait le communiqué de presse, publié par l’institution.

Comme portée par un concours favorable de circonstances, l’opposition à travers le président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié a décidé d’une concertation au sommet ce Dimanche 20 Septembre, au siège du parti septuagénaire à Abidjan, pour décider de la suite des actions à entreprendre, d’autant plus, que l’UE, en plus des USA et de l’ONU, a également appelé ‘’au respect des libertés publiques, notamment le droit pour chaque citoyen de manifester pacifiquement, dans le cadre prévu par la loi, sans être inquiété, et d’exprimer des opinions publiques sans être arrêté ou emprisonné’’.

Les balises étant posées, l’on devrait s’attendre à des annonces fortes de la part des principaux opposants au régime d’Alassane Ouattara, dont Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’guessan, tous deux retenus par le conseil constitutionnel, et qui ont pourtant décidé de renoncer à prendre part à cette joute électorale dans les conditions actuelles.

Pour le pouvoir, la situation se complique. Et du côté de l’opposition, l’heure de dérouler le rouleau compresseur semble avoir sonné, pour faire reculer le régime en place, et imposer un caractère absolument inclusif à la future élection présidentielle.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

Conseil Constitutionnel Côte d'Ivoire Septembre

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires