Sign in
Download Opera News App

 

 

Avant le retour de Gbagbo / Affi N’guessan charge les "Gor" : ils agissent "comme les hommes d’une secte avec un gourou qui serait Laurent Gbagbo"

Acquitté par la CPI, Laurent Gbagbo est attendu par ses partisans le 17 juin à Abidjan. Son retour au bercail après 10 ans de prison se prépare activement par ses partisans. Mais, une fois sur place, plusieurs dossiers chauds l’attendent. Au nombre de ceux-ci figure en bonne place la crise au sein de sa formation politique, le Front populaire ivoirien (Fpi). En sa qualité de fondateur du parti, il devra s’atteler à unir les deux camps qui s’affrontent depuis 2014 pour le contrôle du parti.

Pour Pascal Affi N’Guessan, l'un des protagonistes et président de la branche légale (reconnue par le pouvoir ivoirien), le retour de Gbagbo est une aubaine pour vider le contentieux entre lui et ses « frères ennemis » appelés les "Gor" (Gbagbo ou rien). Ceux-là mêmes dont il dénonce les agissements. Interrogé par le média français "Brut" spécialisé dans les vidéos, et qui a ouvert récemment un département Afrique avec une équipe basée en Côte d’Ivoire, l’ex-premier ministre de Laurent Gbagbo déplore l’attitude des "Gor" qui, dit-il, "ont décidé d’agir comme les hommes d’un clan, d’une secte avec un gourou qui serait Laurent Gbagbo".

« Ce retour (le retour de Gbagbo, Ndlr) va permettre de clarifier le débat à l’intérieur du parti puisque ceux que nous appelons les Gor, c’est-à-dire le courant qui anime cette frange se sont toujours réclamés de lui, ont toujours clamé qu’ils agissent en son nom, qu’ils sont en mission pour son compte. Pour nous, c’est une situation qui a besoin d’être clarifiée dans la mesure où elle jure avec les valeurs que nous avons décidé de défendre. Elle jure avec les valeurs de la démocratie, même de la République, puisque nous sommes dans une République démocratique. Nous ne sommes pas dans une République clanique », déclare-t-il avant de poursuivre.  

« Les Gor ont décidé d’agir comme les hommes d’un clan, d’une secte avec un gourou qui serait Laurent Gbagbo, qui aurait un pouvoir au-dessus de tout le monde, au-dessus même du parti politique. Alors que le parti doit être au-dessus de nous tous puisque c’est le cadre qui nous réunit. Nous tous, nous attendons son retour, lui comme nous pour tirer au clair ce dossier-là. Je l’ai rencontré en janvier 2020, on a ébauché les solutions de sortie de crise. Ça veut dire que ce n’est pas la rupture totale même s’il y a eu un contentieux. Mais ce n’est pas la rupture ni dans les têtes, ni dans la pratique. Ça veut dire qu’il y a encore une opportunité pour l’unité».

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Gbagbo sait déjà l’ampleur de la tâche qui l’attend dès son retour. Un retour en terre ivoirienne qui ne se sera pas de tout repos.

Cliquez sur ce lien pour lire la vidéo !

Sébastien A.

Content created and supplied by: Sebastien_Levry (via Opera News )

cpi laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires