Sign in
Download Opera News App

 

 

Lia Gnan Ferdinand (FPI ) : "nous considérons toujours Laurent Gbagbo comme un référent politique"

L’émission de la Nouvelle Chaine Ivoirienne intitulée NCI 360 qui continue de faire des émules a réuni sur son plateau ce dimanche 15 août 2021 un gratin de personnalités allant de l’historien Arthur Banga au professeur Yode Dion en passant par Pulchérie Gbalet, Blaise Lasm et Lia Ferdinand pour ne citer que ceux-là.

Lors de cette émission, le thème qui aura le plus retenu l’attention parmi les trois à l’ordre du jour est celui relatif à la création d’un nouveau parti par le président Laurent Gbagbo. Et qui dit Laurent Gbagbo face à ce nouveau challenge appelle forcément à jeter un regard sur son ex premier ministre en la personne d’Affi N’guessan.

C’est donc à juste titre que son représentant sur le plateau Lia Ferdinand, président des jeunes du FPI, ne s’est pas fait prier pour répondre à tous ceux qui estiment que son leader est à la base de la récente scission au sein du FPI.

Il ira plus loin en affirmant en référence à la sortie de Gbagbo de son parti « C’est comme une épine qui sort du pied » après avoir rappelé qu’à la rencontre de Bruxelles, il avait été décidé qu’au retour du président Gbagbo de la CPI, un congrès unitaire devrait être organisé au cours duquel le Woody serait l’unique candidat pour continuer d’assurer les rênes du parti. Il a donc du mal à apprécier cette nouvelle posture de Gbagbo qui tend à discréditer son leader.

Par ailleurs, pour démontrer que son parti dirigé par Affi sait d’où il vient et où il va, il finira par dire « Nous considérons toujours Laurent Gbagbo comme un référent politique. On ne peut donc pas renier notre passé. Toutefois, nous nous projetons dans l’avenir parce que nous avons dit que ceux qui sont au FPI n’y sont pas pour la beauté du président Laurent Gbagbo. Ils y sont pour les valeurs qu’il a enseignées… Il faut des hommes de valeur pour aller plus loin… Il faut s’attacher aux valeurs qu’aux hommes »

Dans son entendement nous sommes toujours empêtrés dans les crises, car les Ivoiriens sont plus attachés aux hommes qu’aux valeurs. Il urge donc pour ceux-ci de revoir leur approche de la politique tout en reconnaissant que dans les débuts son parti sans Laurent Gbagbo, faut-il le préciser, aura beaucoup de difficultés à convaincre les Ivoiriens d’adhérer à ce FPI qui va devoir tracer son chemin sans un bon nombre de militants pro-Gbagbo.

Comme le dirait l’autre, en politique, rien n’est figé. Espérons tout simplement que cette séparation ne fragilise pas davantage le parti qui n’a que trop souffert ces dernières années.

Yves_Martial

Content created and supplied by: Yves_Martial (via Opera News )

arthur banga fpi ivoirienne intitulée nci laurent gbagbo yode dion

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires