Sign in
Download Opera News App

 

 

Financement du déficit budgétaire : ça se complique pour le gouvernement Patrick Achi !

Le gouvernement de Patrick Achi fait face actuellement à un véritable casse-tête chinois. Trouver les fonds nécessaires pour boucler le budget pour l’exercice en cours, voici le problème auquel le gouvernement ivoirien est confronté.La gouvernance du Président Alassane Ouattara face aux réalités économiques (Photos Web)

Un troisième Euro bond d’un milliards de dollars US, soit environ 600 milliards de francs Cfa (1 dollar pour 600 francs CFA). C’est l’emprunt que le gouvernement veut lancer pour boucher, dans une certaine mesure, le trou de près de 2.000 milliards de francs Cfa dans le budget. Il vient d’être reporté une fois de plus.

D’abord annoncé en Conseil des ministres, le 7 juillet 2021 pour le 9 juillet 2021, le gouvernement a reculé une première fois. Finalement, il a été remis à septembre 2021, sans plus de précision. Selon toute vraisemblance, l’atmosphère générale de cet emprunt n’était pas favorable pour la Côte d’Ivoire. Cette fois-ci sera la bonne ? Rien n’est moins sûr !Le Premier ministre Patrick Achi fait des mains et des pieds pour arrondir le budget de l’État 

N’est-on pas tenté de croire que c’est plutôt la crédibilité de la signature de la Côte d’Ivoire qui serait en train de s’effriter ? On se souvient que le premier Euro bond lancé par le gouvernement Amadou Gon Coulibaly, le 24 novembre 2018 avait permis de mobiliser 1,7 milliards d’Euros, soit 1.115 milliards de Francs Cfa, pour un total d’offres de 4,55 milliards(2.985 milliards de francs Cfa). Un succès éclatant !

Le deuxième émis, le 24 novembre 2020 et avait permis de lever un emprunt d’un milliard d’Euros (656 milliards de francs Cfa). Ce deuxième Euro Bond a également été un franc succès. Pourquoi alors, cette valse-hésitation pour le lancement de ce troisième Euro bond qui aurait permis de soulager le budget de l’État qui est sous haute tension? Le pays fait face à de très fortes tensions de trésorerie, depuis quelques mois. Les régies financières ne permettent plus de faire face aux sollicitations. Quelles sont les craintes réelles du gouvernement ivoirien qui hésite et hésite encore ?

Le Sénat, un luxe dont peut bien se passer la Côte d'Ivoire

Une chose est acquise, plus personne ne saute au plafond pour faire crédit à la Côte d’Ivoire. Le gouvernement ayant un train de vie dispendieux. Au fond, un déficit budgétaire n’indique rien d’autre que l’État dépense ou compte dépenser au-delà de ses ressources propres.

C’est exactement le cas du gouvernement de Côte d’Ivoire. Le budget de l’exercice en cours présente un déficit de près de 2.000 milliards de francs Cfa. Au même moment, il y a eu la création récente de 12 nouvelles régions administratives. Les fameux Districts autonomes qui viennent s’ajouter aux Districts autonomes d’Abidjan et de Yamoussoukro. Ces entités hybrides (décentralisées et déconcentrées) ont à leur tête des ministres-gouverneurs qui auront chacun un cabinet, un personnel administratif, des dotations en moyens matériels et des budgets. C’est donc un souci financier de plus à gérer.

 

 

Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue, le fait que ce pays ploie déjà sous le poids d’une pléthore d’institutions dont la pertinence ou même l’utilité pour le pays est matière à caution. Le Conseil économique, social, environnemental et culturel (Cesec), et le Sénat par exemple sont autant d’Institutions qui opèrent plutôt comme des niches de retraites dorées garantissant des rentres de situation confortables. Et le gouvernement lui-même? Une quarantaine de ministres se marchent sur les pieds, là où des regroupements de départements pouvaient réduire leur nombre à 20 au grand maximum. Résultat des courses, l’encourt de la dette s’est envolé. Près de 18.000 milliards de francs Cfa ! La barre des 20.000 milliards est à l’horizon pour seulement fin 2021! La fable a bien montré que la fourmi ne prête pas d’emblée, à la cigale !

Théodore Sinzé

 

 

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

alassane ouattara patrick achi

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires