Sign in
Download Opera News App

 

 

Le RHDP dénonce "les dérives d'une coalition funeste qui manœuvre contre la vérité et la justice"

Réponse du berger à la bergère pourrait on dire après la sortie des responsables du RHDP que sont Adjoumani Kobenan et Adama Bictogo après le communiqué conjoint du PDCI/RDA et du PPA-CI. En effet, le 3 janvier dernier, ces partis se sont inquiétés « du peu d’intérêt » que le Président de la République accorde à leurs yeux à la question de la réconciliation.

Par ailleurs, ces partis de l’opposition ont également trouvé curieux qu'à la date précise où s'amorce le 5e round du dialogue politique, le Procureur de la République Richard Adou choisisse cette même date pour rendre public le rapport sur les événements survenus lors de la dernière présidentielle avec à la clé des menaces de poursuites contre les leaders de l’opposition y compris contre l'ex Président Henri Konan Bédié pour avoir lancé le mot d’ordre de désobéissance civile ou pour avoir été des « soutiens moraux » d’une « jeunesse manipulée ».

Réagissant à ce communiqué, le RHDP a également produit un communiqué pour démonter une à une les critiques formulées par l’opposition. « A travers une déclaration conjointe en date du 3 janvier rendue publique le 5 janvier dernier, le PDCI-RDA et le PPA-CI se sont violemment insurgés contre la récente conférence de presse du Procureur de la République du 27 Décembre, avant de se livrer à un procès d’intention à la fois désobligeant et outrageant à l’égard du Président de la République, Alassane Ouattara, qu’ils accusent de manœuvrer pour torpiller le Dialogue politique qu’il a pourtant initié, pour consolider la paix et la réconciliation nationale » indique le RHDP qui par ailleurs, « voudrait marquer sa surprise face aux accusations d’une légèreté déconcertante et aux analyses erronées contenues dans cette déclaration ».

Les porte parole du RHDP vont ensuite énumérer les avancées du dialogue politique qui ont permis d’ obtenir des acquis consideranles depuis feu Amadou Gon Coulibaly jusqu’à Hamed Bakayoko et qui ont « favorisé le retour de la confiance entre les acteurs de la société civile, ainsi qu’entre ces derniers et le gouvernement ».

En ce qui concerne la sortie du Procureur Adou Richard, le RHDP a tenu à rappeler que « la recherche de la vérité sur les faits qui se sont produits en Côte d’Ivoire au cours de la période ciblée par les enquêtes n’est pas inconciliable avec la réconciliation, encore moins le dialogue politique et que « ces faits sont d’une gravité telle qu’il importe de savoir ce qui s’est réellement passé et surtout de connaître le degré de participation des personnes incriminées ».

Le RHDP « note que la suspicion fondée sur la coïncidence entre la date de la conférence de presse du Procureur de la République et la date butoir de dépôt des propositions, relève du procès d’intention, sinon de la paranoïa politique ». Le parti présidentiel estime tout simplement que le PDCI et le PPA-CI veulent « se servir de ce dialogue politique pour « s’assurer une immunité juridictionnelle et une impunité, sans toutefois reconnaître leurs forfaits » et que « le dialogue politique n’est à cet égard aucunement constitutif d’une occasion d’exonérer à priori des hommes politiques des actes justiciables qui leur sont opposés ». C’est pourquoi le RHDP a dénoncé « avec force les insinuations malveillantes et les dérives d’une coalition funeste qui manœuvre inlassablement contre la vérité et l’œuvre de justice » et a rappelé que contrairement aux critiques de l’opposition portées par le PDCI et le PPA-CI, le président Alassane Ouattara reste attaché à la réconciliation.

Ces sorties par communiqués croisés indiquent une fois de plus la nécessité du dialogue politique tant les points de vue sont divergents selon le camp dans lequel l'on se situe.

Content created and supplied by: SGB78 (via Opera News )

adama bictogo adjoumani kobenan alassane ouattara rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires