Sign in
Download Opera News App

 

 

Ouattara peut-il autoriser Gbagbo à rentrer et maintenir Soro en exil? Dilemme cornélien au sommet

Il n’y a plus véritablement de problème au retour du président Laurent Gbagbo et de son ancien ministre de la Jeunesse Charles Blé Goudé, tous les deux acquittés définitivement, le 31 mars 2021, par la chambre d’appel de la Cour pénale internationale (Cpi. Le seul écueil, Alassane Ouattara, a fini par céder aux pressions venant de partout y compris de son propre camp et de ses soutiens internationaux. « Monsieur le premier ministre, messieurs les membres du gouvernement, comme vous le savez la Cpi a rendu le 31 mars dernier, sa décision sur l’appel du procureur relatif au procès de l’ex-président laures Gbagbo et Charles Blé Goudé. Nous en prenons acte. J’ai bien évidemment une pensée émue pour les victimes et leurs familles. Je voudrais les assurer de notre compassion et de notre soutien. Le gouvernement continuera de leur apporter assistance. Quant à messieurs Laurent Gbagbo et Blé Goudé, ils sont libres de rentrer en Côte d’Ivoire, quand ils le souhaitent. Les frais de voyage de monsieur Laurent Gbagbo ainsi que ceux des membres de sa famille, seront pris en charge par l’Etat de Côte d’Ivoire. Les dispositions seront également prises pour que Monsieur Laurent Gbagbo bénéficie conformément aux textes en vigueur, des avantages et indemnités dus aux anciens présidents de la république de Côte d’Ivoire ». Annonçait le mercredi 7 avril 2021, à la surprise générale Alassane Ouattara au cours du premier conseil des ministres du gouvernement Achi Patrick.

Une décision - qui bien que surprenante venant du président du Rhdp dont on n’ignore pas son aversion pour Gbagbo son pire et redoutable adversaire politique -, a été bien accueillie au sein des populations parce qu’elle va favoriser voir même accélérer la réconciliation nationale qui reste un vaste chantier depuis l’avènement de Ouattara au Pouvoir en avril 2011. L’acceptation du retour de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé étant actée, il reste la question du sort à réserver à Guillaume Soro. Un autre adversaire politique contraint à l’exil par le régime Rhdp. Piégé par sa boulimie du pouvoir, le président du Rhdp ne sait plus sur quel pied danser. Alassane Ouattara qui a autorisé le retour de ses adversaires politiques Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé peut-il se permettre d’être réfractaire au retour de Guillaume Kigbafory Soro, celui qui a été son filleul et qui lui a servi d'escalier pour qu’il accède - de façon inespérée avouons-le -, au pouvoir en avril 2011 ? Personne ne comprendrait, surtout dans son propre camp, ce qui pourrait être qualifié d’acharnement contre un bienfaiteur.

Car, ne l’ignorons pas, sans Guillaume Soro et les Forces nouvelles ses rebelles du nord, il n’y aurait jamais eu de 11 avril 2011, à plus forte raison l’avènement d’Alassane Ouattara dans le fauteuil présidentiel des Ivoiriens. Si donc Ouattara est pour la réconciliation nationale, il n’y a pas de raison qu’il ferme les portes de la Côte d’Ivoire à d’autres fils et filles de ce pays, Soro y compris.

Haity

Content created and supplied by: Haity (via Opera News )

alassane ouattara laurent gbagbo lionel messi

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires