Sign in
Download Opera News App

 

 

Bagarre autour de la chefferie à Abadjin-Kouté : 4 villageois bannis du village

Danse guerrière à Abadjin-kouté

La question de la désignation du chef divise le village d’Abadjin-Kouté, commune de Songon, depuis bientôt trois ans. Elle vient de connaître une autre phase avec le bannissement de quatre personnes par la chefferie contestée. Kraidy Célestin, Aké Thomas, Adjébo Honoré et Akré Camille sont déclarés indésirables. Membres de la génération Tchagba, ils bénéficient cependant du soutien de leurs camarades et n’entendent pas se plier à « cette intimidation ».

Tout commence lorsque les catégories Gnandoh-Djéhou et Gnandoh-Dogba se choisissent des guerriers pour la génération Gnandoh. Ils informent leur parrain, Agbakou Marcel de la génération Tchagba, de leur initiative. Celui-ci, selon les normes, doit rendre visite à ses filleuls pour leur apporter son soutien. Mais une forte tension règne dans le village depuis plusieurs années. En effet, la chefferie sortante qui appartient à la génération Dougbo, est accusée de vouloir choisir elle-même son successeur. Et les Tchagba à qui il revient de diriger le village, s’y opposent. Selon les us et coutumes, il appartient à la génération montante de choisir en son sein, le nouveau chef. Et cela, sous la responsabilité du doyen de la génération montante. Selon Mobio Norbert, le chef-guerrier des Tchagba, « cela n’est pas normal et nous ne l’accepterons jamais !».

Donc, du fait de la crise qui règne dans le village, Agbakou n’ira pas rencontrer les Gnandoh qui sont les cadets des Tchagba.  Le dimanche 3 octobre 2021, il les invite à son domicile, s’excuse et leur fait un don. Le dimanche 26, les Gnandoh-Bléssoué à qui personne ne s’attend, présentent leurs guerriers et organisent une grande procession à travers les rues du village. « Tout le village a été surpris parce qu’ils n’ont pas encore accompli toutes les étapes de l’initiation. De plus, le village est en proie à une crise et se trouve divisé. Selon la coutume, on ne désigne pas de guerrier en temps de crise », explique Mobio Norbert. Le lundi suivant, les Tchagba rencontrent les Blessoué pour leur demander de respecter la coutume mais ceux-ci décident de poursuivre leur programme.

Le mardi 5 octobre 2021, Mme Nigué Lucie, membre de la génération Tchagba, vient demander à ses camarades d’aller insister auprès des cadets afin qu’ils ne persistent pas dans l’erreur. Kraidy Célestin, Aké Thomas, Adjébo Honoré et Akré Camille sont chargés de cette mission. Ce sera un échec. « Mais le lendemain, nous avons été surpris d’apprendre par les haut-parleurs du village, que nous avons  proféré des menaces à l’encontre des cadets et que si quelque chose leur arrive, nous en serons responsables ». Le lendemain, les mêmes haut-parleurs annoncent que  les quatre personnes ont été vues en train d’enterrer des fétiches devant la maison d’un cadet.

La chefferie contestée se saisit de l’affaire et décide le bannissement des quatre Tchagba. Ils sont aau nombre de ceux qui s’opposent aux Dougbo. « Nous trouvons inadmissibles, ces fausses accusations. Personne n’a tenté de nous entendre. Nous dénonçons ces pratiques qui n’honorent pas notre village et qui risquent de provoquer des rixes graves et inutiles », réagit Kraidy Célestin.

Paul D. Tayoro

Content created and supplied by: Paul-D-Tayoro (via Opera News )

songon

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires